Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !

Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !
NOUS FAISONS UN CLIN D'OEIL À LA FONDATION COROMANDEL QUI NOUS SOUTIENT POUR TOUS NOS PROGRAMMES DEPUIS TANT D'ANNÉES. NOUS SOMMES ICI À SUNBEAM PRIMARY SCHOOL AUX PORTES DU DÉSERT DU THAR AU RAJASTHAN ET NOUS LUI TÉMOIGNONS DE TOUTE NOTRE GRATITUDE. ECOLES DE LA TERRE LE 8 OCTOBRE 2018

lundi 4 septembre 2017

SOUVENIR - HISTOIRE PRÉSENTE EN VA-ET-VIENT ! LES SUNDARBANS - UNE HISTOIRE D'EAU - UN ÉLAN DE POÉSIE ! Tiré de mon Blog du 3 Mars 2011



CHÈRES AMIES, CHERS AMIS,


Je suis trop heureux ici pour réserver à moi seul le bonheur d'y être. Si je le faisais, j'en mourrais, d'ennui et de honte ! Et puis, l'ennui n'est pas gai et la honte est laide. Je suis dans les îles des Sundarbans, je vous écris et ces îles m'offrent cet élan !


LE MARIAGE DE LA TERRE ET DE L'EAU


Il y a de l’eau partout, et de la sécheresse aussi ; mais comment cela est-ce possible ? Le climat des Sundarbans est quelque chose de bien particulier. C’est un bout de terre éclatée en îles, situées en fin d’estuaire du Gange ; terre alluviale, avec l’océan en horizon, issue de milliers de kilomètres du parcours de ses eaux ; des milliers de kilomètres d’eau, vue, vécue, bue par des centaines de millions d’êtres humains qui cultivent leur histoire dans la nuit des temps. Je vous dis dans la nuit des temps car tout ce qui est par ci, l’est forcément un peu par-là ! Descendant le Gange, comme j’ai pu descendre le Rhône ou le Rhin, j’aime à vous dire comment est belle l’universalité de la danse des fleuves. Quand je suis sur l’eau, je regarde la terre ; dès que je rejoins la terre ferme, j’admire les nappes liquides qui se déambulent et me renvoient la lumière ! Ici, dans les Sundarbans, je n’en ressors jamais, de la terre et de l’eau. Ô mariage !


UN BOUT DE L'INDE ÉTERNELLE


Dans les Sundarbans, les dieux que je prie assouvissent mes demandes de bénédictions. Je me fonds dans la vie d’ici. La prière apporte du sens dans ce qu’elle transporte, en communion avec les êtres vivants. Au dieu Shiva, le destructeur,mousson violente, montée destructrice des eaux, cyclones, s’oppose le dieu Vishnou, le réparateur, le sauveur, douceur du climat, tranquillité des îles, richesses des mangroves. Tout se transforme dès que je rencontre les gens d’ici ; leur accueil, leur paix, leur détachement me procurent une sorte d’énergie vitale hors du commun. Depuis bientôt 15 ans que je viens ici, je ressens toujours ce sentiment qui me dit que des bouts de terre de la Terre ont parfois ce quelque chose de plus qu’on peut difficilement conter avec des mots ; si ce n’est par ceux des enfants avec lesquels je suis ici !


Avec un brin d'émotion sur ce coin de terre, et d'eau !


Amitiés à Toutes et Tous ! Martial pour ECOLES DE LA TERRE