Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !

Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !
NOUS FAISONS UN CLIN D'OEIL À LA FONDATION COROMANDEL QUI NOUS SOUTIENT POUR TOUS NOS PROGRAMMES DEPUIS TANT D'ANNÉES. NOUS SOMMES ICI À SUNBEAM PRIMARY SCHOOL AUX PORTES DU DÉSERT DU THAR AU RAJASTHAN ET NOUS LUI TÉMOIGNONS DE TOUTE NOTRE GRATITUDE. ECOLES DE LA TERRE LE 8 OCTOBRE 2018

jeudi 26 mars 2009

LE POINT DEPUIS LE RAJASTHAN APRES UN MOIS DE SEJOUR




Mes dernieres nouvelles provenaient de Bodhgaya et de sa campagne environnante ou Ecoles de la Terre assure le fonctionnement de 5 ECOLES (Camijuli - Sujata - Jolibigha - Nilamati - Saraswati), 1 UNITE SCOLAIRE et de REHABILITATION a la prison centrale de Gaya, la ville chef-lieu du district du meme nom, 3 CENTRES D'APPRENTISSAGE (dans les villages d'Itra, de Nain Bigha et de Baiju Bigha), 1 DISPENSAIRE (a Itra pour la population de 15 villages) et 25 GROUPES OU COMITES de meres de familles (des divers villages ou se trouvent nos ecoles) beneficiant de notre structure de micro-credit mise en place et soutenue par nos soins.





Les 5 ECOLES accueillent 2500 enfants desherites de ces zones rurales. Notre UNITE SCOLAIRE a la prison de Gaya s'occupe de plus de 100 detenus de longue duree, ages de 18 a 35 ans et repartis en 3 niveaux de soutien. Les 3 CENTRES D'APPRENTISSAGE forment 500 jeunes filles et jeunes femmes.





Le DISPENSAIRE d'Itra gere et finance 1400 traitements chaque mois pour les adultes et les enfants de 15 villages. Il assure bien entendu le suivi medical (controles reguliers et urgences) des 2500 eleves de nos 5 ecoles.





Au chapitre des faits assez exceptionnels, nous ajoutons que notre equipe medicale du dispensaire se deplace chaque semaine a la prison de Gaya pour soigner les detenus prives de tout soutien exterieur. Les 25 GROUPES de micro-credit comptent 500 femmes, soit 500 familles, invitees d'une part a epargner un peu d'argent, et d'autre part a beneficier de petits credits grace a des fonds supplementaires injectes par Ecoles de la Terre. La Fondation CUF, avec William Mellgren, son responsable, nous met a disposition ses competences pour l'organisation de ces Comites/groupes et finance les fonds supplementaires injectes dans ce programme.





Arrives Delhi le 28 fevrier dernier avec William Mellgren, nous nous sommes tout de suite rendus a Calcutta. Invites par le Dr Pradip Har de la societe CreditWatch, specialisee dans les programmes de micro-credit, nous avons pu faire le point sur nos besoins en ce domaine. C'est avec lui que nous avons organise noter 1er seminaire de formation (du 3 au 7 mars), engage nos responsables de programme pour le Bengale, le Bihar et le Rajasthan, et trace nos lignes de travail communes pour les 3 Etats concernes. Pour ce faire, nous nous sommes tous rencontres a Bodhgaya parce que c'est la, dans le district de Gaya que nous experimentons deja depuis 2 annees ce programme de micro-finance.





Apres un 2eme passage oblige par Calcutta, qui se trouve sur la route entre l'Etat du Bihar et les iles Sunderbans, nous nous sommes retrouves, sans William Mellgren, retourne vers Geneve, a Raidighi, une bourgade de pecheurs en plein coeur des Sunderbans.





Chaleur suffocante, additionnee d'une humidite a nous faire hesiter entre "douche" et "transpiration", je poursuis avec Dr Pradip Har, Nando, le responsable de la branche Ecoles de la Terre pour le Bengale et Rajesh qui nous a suivi depuis Bodhgaya, nos travaux de mise en place du programme de micro-credit dans les Sunderbans.





Nous avons bien entendu, comme partout ailleurs, visite toutes nos ecoles des iles. A Raidighi nous avons 2 UNITES SCOLAIRES; la 1ere, des classes enfantines au degre de 4eme annee, entierement geree par Ecoles de la Terre dans notre batiment d'ecole portant le nom de Satya Sai;





la 2eme, des classes 5 a 10, est constituee d'enfants pauvres qui se rendent dans des ecoles gouvernementales plus eloignees et dont nous assurons l'entier financement scolaire et le soutien pedagogique du matin et du soir dans notre batiment de Satya Sai.A une quinzaine de kilometres de Raidighi, sur l'ile de Purba Jotta, se trouve 2 autres UNITES SCOLAIRES;





l'ecole de Shiksha Nikketan, regroupant, comme a Raidighi, les enfats des classes enfantines au nivau 4, ainsi que l'unite scolaire des plus grands (niveau 5 a 10), se rendant dans les ecoles officielles plus eloignees dans l'ile. Et puis nous avons notre grande et magnifique ECOLE de Ganga Sagar, sur la grande ile du meme nom.





Depuis Raidighi, le siege de notre bureau central pour l'Etat du Bengale, il nous faudra une grosse journee pour la visiter; a l'aller, pas moins de 80 kilometres de route bien difficiles a negocier et une grosses demi heure de ferry boat lorsque le niveau de l'eau le permet, suffiront a nous rejouir a la vue de splendides paysages et de rencontres impromptues et bien souvent pittoresques.





Ce sont pres de 1500 enfants que nous soutenons dans l'Etat du bengale, dont nous ne saurions manquer de citer nos deux ECOLES de Calcutta, dans le quartier de Jhaldarmath-Tollygunge. C'est aussi dans cette ville, marquee du sceau sacre et immemorial de Mere Teresa, et ou tout a commence pour Ecoles de la Terreen fin d'annee 1997 , que nous projetons d'ouvrir 2 nouvelles UNITES SCOLAIRES pour les enfants du misereux bidonville de Shantospur.





Tout en visitant nos ecoles des Sunderbans, nous n'avons toutefois pas oublie notre mission premiere, celle de lancer notre programme de micro-finance. Ce fut l'occasion, pour toute notre equipe, qu'a rejointe Barnali, notre nouvelle responsable du programme pour cette region, de rencontrer les meres de nombreux villages.





Plusieurs centaines d'entre elles ont repondu a notre invitation. Informer et convaincre les mamans, sur les relles possibilites du micro-credit de sortir de la pauvrete par la mise en oeuvre d'une economie sociale simple, dynamique et soutenue, aura ete pour ces premiers contacts, notre objectif principal. Nous pensons l'avoir atteint, tant le message semblait passer entre nous tous, tant l'attente chez ces femmes est grande et tant l'interet de poursuivre l'aventure de l'education des enfants est determine.





Tout reste bien sur a faire, comme c'est quasiment toujours le cas, dans de telles situations. Notre volonte est immense et la necessite d'ameliorer les conditions economiques des familles de ces campagnes est une condition indispensable a l'atteinte a l'independance economique et scolaire pour cette population.

Puis ce fut, le week-end des 21/22 mars, un nouveau passage par Calcutta pour mettre au point le programme annuel des unites scolaires de Jhaldarmath, elaborer le budget de la probable ecole de Shantospur, puis prendre la route pour Jaisalmer. Je me trouve ainsi, a present, dans le Rajasthan, le pays d’un desert bien reel et celui des marahadjas du passé.





Cette fois-ci j’ai fait le voyage tout seul afin de rejoinder Abhishek, notre responsable de la branche Ecoles de la Terre pour le Rajasthan.

Cette avant-derniere etape se deroule merveilleusement bien. Tout d’abord, j’apprecie au plus haut point ce climat sec et particulierement tempere pour la saison, après les chaleurs torrides et humides des iles Sunderbans.





Et puis, mes premieres visites des ecoles furent toutes empreintes d’emotion et de curiosite, histoire de marquer ces xiemes retrouvailles avec les enfants de Jaisalmer et du desert





C’est si beau de voir grandir ces “matins du monde” dans l’univers de l’ecole; penser qu’ils puissent passer a cote de cette importantissime phase de vie me donne encore davantage de courage pour ameliorer leurs conditions, davantage de motivation pour battre la campagne et aller a la rencontre d’autres enfants en quete d’education. Peut-etre pourrons-nous mieux lutter encore contre ce fleau qu'est le travail des enfants.






Dans le district de Jaisalmer, Ecoles de la Terre assure le fonctionnement de 5 ECOLES. Les deux ecoles de Jaisalmer, portant le nom de Satya Dev; l’ecole de Sunbean dans les quartiers bidonvilles de Garfoorbattha, Geeta et Bhoota; l’ecole de Nanufuji dans le village de Rataria, au coeur du desert et a plus de 50 kilometres de Jaisalmer; et enfin l’ecole de Vidyasagar, dans le village de Gala, en plein desert elle aussi, a une quinzaine de kilometres de Jaisalmer. Les ecoles du desert desservent plusieurs petits villages alentours, comme c’est aussi le cas dans les campagnes du Bihar et dans les iles Sunderbans. Pour l'annee qui s'apprete a demarrer - l'annee scolaire commence le 1er avril en Inde - non ce n'est pas un poisson - nous devrions soutenir un bon millier d'enfants dans nos 5 ecoles du Rajasthan.





En ce jeudi 26 mars 2009, jour de publication du present blog, j’ai visite une nouvelle zone de villages du desert du Thar. Les 2 principaux villages ont pour nom “Mundari” et “Sodhon Ki Dhani”. Il est bien possible que nous ouvrions, dans un futur proche, une nouvelle ecole pour cette region qui se trouve elle aussi a une quinzaine de kilometres de Jaisalmer, mais dans une autre direction. Une nouvelle belle affaire a suivre !





Mais ma presence ici m’oblige a m’impliquer, comme ce fut partout le cas jusqu’a present durant ce sejour, dans la mise en place de notre programme de micro credit. Avec Abhishek, nous avons procede, avant hier mardi 24 mars, aux interviews des candidates au poste de responsable de ce programme. Nous pensons avoir trouve “l’oiseau rare”. Elle porte le nom de “Shindu”. Avec elle, nous entamerons des ce samedi l’organisation des premiers meetings avec les meres des bidonvilles de Garfoorbattha, de Geeta et de Bhoota. Comme ce fut le cas la semaine derniere dans les iles Sunderbans, cela representera pour nous une “Premiere” a Jaisalmer.

Au soutien que nous avons apporte jusqu’ici dans le domaine de l’education, doit se profiler une aide au developpement d’une economie sociale dynamique dans les villages. Au risque de me repeter, mais c’est si bon quand cela en vaut vraiment la peine, je dirai encore une fois que c’est L’AUTONOMIE qu’Ecoles de la Terre recherche au travers de ses divers “Programmes”.





Nous aurions bien voulu vous parler encore de notre Projet “EAU”, ainsi que celui de la “FERME” du district de Gaya au Bihar. Nous devons bien nous resoudre a les traiter lors d’un prochain Blog.





De tout coeur je vous dis MERCI a Toutes et a Tous, d’avoir eu la patience de lire ce “pave”. Je vous dis encore toute mon AMITIE, ainsi que ma RECONNAISSANCE pour l’interet que vous portez a Ecoles de la Terre. C’est de l’or que vous polissez au fil des ans pour le plus grand bonheur des enfants.





Martial Salamolard – pour
ECOLES DE LA TERRE

samedi 14 mars 2009

LA JOURNEE DE LA FEMME OU LE WOMEN'S DAY AVEC "ECOLES DE LA TERRE" A BODHGAYA

Pour la cinquieme annee consecutive, "ECOLES DE LA TERRE" a organise un evenement festif, tout a la fois un rassemblement inter-communautaire, un meeting d'informations, une seance de remise des diplomes d'apprentissage a l'intention des mamans et des jeunes femmes de Bodhgaya, de ses environs et des nombreux villages ou se trouvent nos ecoles.



Ce fut une journee ensoleillee, mais avant tout emouvante. Pour nombre de ces meres et jeunes femmes venues de la campagne profonde, ce fut l'un de leur seul voyage qu'elles aient jusqu'a ce jour vecu hors de leur territoire rural. Les revoir, hors de leur village, representait pour nous une agreable surprise, teintee de joie et de fierte.



Cette annee, la journee de la femme du 8 mars coincidait, a deux jours pres, au festival de "Holi", du 10 mars, qui correspond en meme temps au "Nouvel An" hindou, a l'arrivee du pritemps et a la fete de la couleur. Le parterre de notre tente multicolore montee pour l'occasion du "Women's Day", et qui accueillait quelques centaines de femmes, annoncait avec eclat et bonheur cette semaine des mille couleurs qui a rejoui l'Inde toute entiere.

s1600-h/DSCN7873.JPG">

Nous n'avons pas manque de faire quelques visites d'ecoles a l'occasion de ce festival de Holi. Vous voyez nos eleves de l'ecole de Jolibigha, qui se situe a plus de 40 kilometres de la petite ville la plus proche, en pleine campagne biharie, qui se retrouvent pres du puits de l'ecole afin de travailler a leur preparatifs de melanges de couleurs.




Des demain, dimanche 15 mars 2009, nous mettons le cap sur Calcutta afin de rejoindre nos ecoles des iles Sunderbans, dans la baie du Gange, tout pres de l'ocean indien. Nous esperons vous envoyer de la-bas des cliches tout autant colores.

Avec toute notre amitie. Nous vous remercions de nous avoir rendu visite sur ce "blog". A bientot.

Martial Salamolard pour ECOLES DE LA TERRE

samedi 7 mars 2009

CORDIAL BONJOUR DES CAMPAGNES DU DISTRICT DE GAYA – BIHAR – INDE (de Martial Salamolard avec toute l’equipe mentionnee dans ce Blog)



Je m’etais promis de vous donner de nos nouvelles avant cette fin de 10eme semaine. La campagne du Bihar ne favorise pas la communication via internet, surtout lorsqu’on passe une bonne partie de nos journees dans les villages.



Nous organisons ici, pour le cadre de l’ensemble de nos activites en Inde (Ouest Bengale – Sunderbans, Bihar – District de Gaya et Rajasthan – District de Jaisalmer), un seminaire de formation, de coordination et d’application de notre programme “Micro finances” pour les villages ou “Ecoles de la Terre” soutient (financement) et gere (fonctionnement) ses ecoles en faveur des enfants ecartes, jusqu’a notre arrivee ici, des infrastructures scolaires officielles.



Participent a cette semaine de formation, Dr Pradip Har, de Calcutta, un specialiste en "micro-finances", William Mellgren, de la Fondation CUF qui soutient Ecoles de la Terre dans ce projet, Rajesh Kumar, responsable d’Ecoles de la Terre pour le Bihar, Abhishek Vyas, responsable pour le Rajasthan, Nando Baidya, responsable pour l’Ouest Bengale, ainsi que deux animateurs nouvellement engages, Barnali Halder pour le Bengale et Chandra Kumar pour le Bihar. Oh ! J’allais oublier, je participe aussi a ce seminaire.



A une partie theorique, la definition de notre politique de micro-credits en faveur des meres des villages, et la technique de mise en place du systeme des prets, s’ajoute une partie pratique qui consiste a visiter les villages, discuter avec les meres et les informer de facon concrete sur notre motivation a developper une veritable “ingenierie sociale” dont elles seront les principales beneficaires avec leurs enfants et leurs familles.



A l’issue de cette semaine intense et riche en decouvertes positives, grace notamment a nos contacts avec la population rurale, nous avons pu edicter une ligne de conduite commune pour nos trois branches indiennes (Ouest Bengale, Bihar et Rajasthan). Une politique concertee de “micro finances” est mise en place dans les differentes branches d’Ecoles de la Terre en Inde. Des notre retour a Geneve en fin avril prochain, nous ajouterons a notre site “www.ecolesdelaterre.ch” une chapitre special consacre a ce programme en plein essor.



“Informer, discuter, former, normer et performer” sont autant d’objectifs generaux que nous voulons appliquer sur le terrain afin de mettre en oeuvre un programme de micro-credit realisable, performant et durable. Favoriser la creation de groupes de femmes afin de stimuler la petite epargne a laquelle s’ajoutera un financement en capital, assure par nos soins, c’est une demarche bien connue et deja fort appliquee dans les pays pauvres et en developpement depuis de nombreuses annees.



La particularite, voire l’originalite de notre projet, tient a ce que nous voulions affecter l’integralite des fruits de ces operations a nos programmes d’education (ecole et apprentissage). A un premier travail d’information et de sensibilisation s’ajoute une importante phase de persuasion. Et surtout, nous sommes bien conscients que le succes de cette entreprise ne passera que par l’ecoute et la discussion, autant actives l’une que l’autre.



“Entendre et ecouter les femmes et les meres des villages” fut donc pour nous une condition sine qua non, que nous avons decide d’appliquer des la premiere heure. Et quel ne fut pas notre bonheur, sans que cela soit une surprise pour nous, de rencontrer des femmes, des meres, d’une grande intelligence, quoique presque toutes illettrees. Elles sont pleines d’idees, d’interets et d’ingeniosite a vouloir developper avec nous ce programme. A leur ouverture d’esprit, a leur curiosite aiguisee, se sont ajoutes mille sourires qui ont illumine les visages de ces femmes, aussi belles dans leur ame que sur leur figure.



A ce jour, plus de 250 meres de famille constituent deja 23 groupes de “micro-credit” dans les regions d’Itra et de Mokari, dans le district de Gaya. Durant notre sejour ici, c’est-a-dire maintenant, nous sommes en train de creer de nouveaux groupes de femmes dans les zones de villages de Nain Bigha et de Pachhatti. Nous voulons doubler d’ici le mois d’avril prochain le nombre de groupes dans ce district du Bihar.



Des le 16 mars prochain, je me rendrai a Raidigi, dans les iles Sunderbans afin de lancer ce meme programme. J’aurai l’avantage et le plaisir de m’y rendre en compagne du Dr Pradip, le specialiste de Calcutta. Avec Nando, le responsable de cette region, nous remettrons l’ouvrage sur le métier afin de lancer la-bas ce nouveau projet.

Des le 25 mars, je me deplacerai a Jaisalmer afin de proceder au meme exercice. Je serai la-bas avec Abhishek, responsable du Rajasthan. Nous beneficierons ensemble des experiences acquises au Bihar et au Bengale.



Bien sur, il y a beaucoup de travail a faire. Nous sommes bien ici pour cela. Notre but est de rassembler toutes les conditions qui permettront de rendre autonomes toutes les populations que nous soutenons aujourd'hui. Au syndrome de la dependance dont nous voulons epargner les familles de nos eleves, nous rappelons notre souhait de pouvoir ouvrir de nouvelles ecoles dans d’autres zones rurales depourvues d’infrastructure scolaires et de travailler, dans ces nouvelles regions, de la meme maniere, avec le meme esprit, avec le meme coeur. Ce sont les enfants qui nous appellent de leurs voeux dans cette fantastique experience de developpement.



J’aurai juste le temps, d’ici quelques jours, de vous entretenir sur d’autres programmes que nous developpons ici. Tout d’abord la question de l’eau; nous reviendrons a Geneve avec une carte de nos villages du Bihar relatant les problemes relatifs aux puits, dont nombre d'entre eux ne sont plus en fonction.



Ensuite, notre nouveau projet de la “Ferme” dont je m’occuperai la semaine prochaine, avant de partir pour les iles Sunderbans; une exploitation agricole abritera prochainement un nouveau centre d’apprentissage dans la region de Nain Bigha. L'objectif est de former les jeunes dans les domaines du fermage, de l’agronomie et des marches agricoles.



L'EAU C'EST LA VIE !



LA FERME SERA LE GRENIER !



Je ne trouverai ici les bons mots pour vous remercier de l’attention que vous portez a nos activites. Vous avez lu ce Blog ? Je vous en suis infiniment reconnaissant et je vous envoie, du fin fond du Bihar et plein d'enthousiasme, mon amitie la plus sincere. A bientot sur le net ! Toujours dans cet esprit, avec coeur et raison !

Martial Salamolard pour
ECOLES DE LA TERRE