Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !

Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !
NOUS FAISONS UN CLIN D'OEIL À LA FONDATION COROMANDEL QUI NOUS SOUTIENT POUR TOUS NOS PROGRAMMES DEPUIS TANT D'ANNÉES. NOUS SOMMES ICI À SUNBEAM PRIMARY SCHOOL AUX PORTES DU DÉSERT DU THAR AU RAJASTHAN ET NOUS LUI TÉMOIGNONS DE TOUTE NOTRE GRATITUDE. ECOLES DE LA TERRE LE 8 OCTOBRE 2018

lundi 31 mars 2014

NOUS ÉTIONS PERDUS DANS LE DÉSERT ET NOUS PENSIONS À VOUS !



CHÈRES AMIES, CHERS AMIS,



Les déplacements dans le désert et la grande difficulté à trouver des connexions internet ne nous ont pas permis de publier sur la toile depuis bientôt dix jours, ni d’insérer nos flash « facebook », ni de communiquer par courrier électronique avec nos amis. Sans plus attendre, nous vous présentons dans ce petit blog quelques clichés représentant nos écoles du Rajasthan dans lesquelles nous avons vécu ces deux dernières semaines.



Très prochainement, nous pourrons prendre le temps de vous présenter plus longuement nos réalisations dans le pays des « Maharadjas » dont les richesses n’ont guère dépassé les frontières de leurs cours. Présents dans le district de Jaisalmer, et plus particulièrement dans le désert du Thar depuis l’année 2006, nous réalisons aujourd’hui, toujours davantage, à quel point les besoins en matière d’éducation et de santé pour les familles et les enfants des villages disséminés du désert sont colossaux.



Voici quelques images prises dans nos écoles de « Satya Dev » en périphérie de Jaisalmer, de « Sunbeam » dans le quartier bidonville de Garfoorbattha, et de nos trois écoles du désert du Thar, de « Nanufuji », de « Vidya Sagar » et « d’Uttam Aadarsh », que nous souhaitons vous montrer ici, dans l'ordre !



Avec nos meilleures pensées. À tout bientôt.



Martial Salamolard avec Marie Coudray pour ECOLES DE LA TERRE dans le désert du Thar

samedi 22 mars 2014

Hommage à Edmond Kaiser & Intermède en « pros’éie » pour ce jour de printemps !




Enfance …. Je lis une histoire dans les yeux d’un enfant, à genoux devant l’autel d’une rare brillance, orné de guirlandes de la crade misère ;  je m’interroge sur mon étrange compassion !


Interrogation … À me dire qu’il est toujours trop tard, planté dans mon incertitude légendaire, j’observe dans mon miroir le désœuvrement de mon apathie que j’ai faite mienne dans ma vie de traverse !


Incertitude … Face aux innocentes faces d’ange que j’ai croisées dans ces coins du monde, seule la souffrance s’est faite reine parmi les maux qui ne devraient plus me décourager !


Souffrance … Derrière l’histoire pathétique de millions d’êtres  abandonnés sur les sentiers de l’enfance sinistrée, affamée, malade et abusée, tombent ces mots en testament d’’espérance !


Espoir … Il convient donc de me relever de ce rêve éveillé ; il me faut reprendre la route de l’étrange compassion, poursuivre ma bataille contre la crade misère !


Et que cela me soit dit et redit afin que je l’exécute ….

Martial pour ECOLES DE LA TERRE

samedi 15 mars 2014

LE BIHAR, LE POIDS DES TRADITIONS, LA PAUVRETÉ, LE FARDEAU DES CASTES. UN DÉVELOPPEMENT RESTÉ EN RADE. LA PRÉSENCE D’ECOLES DE LA TERRE !




 CHÈRES AMIES, CHERS AMIS,

Avant d’entamer la dernière étape de mon séjour 2014 au Rajasthan – District de Jaisalmer & Désert du Thar – je  vous parle dans le présent « blog » de nos activités au Bihar, où je me trouve encore en ce moment, un Etat de l’Inde encore en voie de développement, en retard sur bien des domaines par rapport aux autres régions du subcontinent indien. La crise économique qui sévit partout dans le monde s’est également propagée en Asie du Sud, ce qui a compliqué la donne pour les régions les plus défavorisées, dont le Bihar bien sûr.


 D’une façon générale le Bihar évolue tout de même un petit peu vers le modernisme, principalement dans les villes où quelques progrès sont visibles, notamment en matière d’aménagement des routes, de construction et de salubrité. Mais lorsque vous parcourrez les zones rurales de cet Etat, davantage peuplé que la France ou l’Allemagne, je me dis que peu de choses ont changé depuis mon premier passage au printemps 1998, que les villages que je visite appartiennent encore et toujours à un autre siècle.


Le poids des castes et de ses traditions est encore bien présent et accable toujours profondément les populations les plus pauvres, les plus fragiles, les hors castes ; les « dalits » ou les « harijans » comme on les appelle ici ! « Harijan » ce mot sanskrit qui signifie « créature de Dieu » a été donné par le Mahatma Gandhi pour qualifier les Intouchables, pour les réhabiliter en quelque sorte ! Si ce mot fait bien dans le paysage, il n’en demeure pas moins que l’appellation « dalit » est la plus souvent utilisée pour parler des Intouchables, des parias, ce groupe d’êtres humains exclu du système des castes comme le sont les aborigènes d’Australie et d’ailleurs.


Il serait faux de dire que rien n’a été fait dans cette région parmi les plus pauvres de l’Inde. Depuis quelques années un mouvement anti-corruption se fait jour dans l’Inde entière. Le Bihar est bien sûr visé par ce fléau qui a conduit le gouvernement vers le marchandage et les alliances avec des mouvements maffieux et des groupes d’intérêts peu recommandables. Aujourd’hui nous dit-on, l'adoption de nouvelles réformes par le gouvernement, avec le soutien financier et technique de la Banque mondiale, a aidé cet Etat à améliorer la gestion des finances publiques et à réinvestir le produit de ces économies dans l'amélioration de la scolarisation, dans le développement de programmes de vaccination et dans la lutte contre la corruption. Dans la forme c’est sans doute vrai ; mais dans le fond les changements réels tardent à s’opérer, notamment en matière de scolarisation en zone rurale. Je suis là pour l’attester, pour le certifier ; ce que je fais au paragraphe suivant.


L’organisation et la gestion des écoles gouvernementales de villages sont pour le moins catastrophiques dans nombre de régions rurales indiennes. J’en veux pour preuve mes deux dernières visites dans la région de « Maher » qui se trouve en pleine campagne à une trentaine de kilomètres de la ville de Gaya-Bihar. Il y a là 27 villages que j’ai tous traversés et où je me suis arrêté. Au total, sept écoles gouvernementales sont destinées à assurer l’éducation de plus de 2000 enfants pour les programmes des niveaux « maternel à classe 5 ». En réalité, moins de 500 élèves viennent « épisodiquement » dans ces écoles. Les programmes ne sont pas respectés, je devrais dire jamais tenus ; les enseignants sont davantage absents que les élèves ; bref, la corruption bat son plein dans toute sa splendeur, au détriment des enfants qui ne comprennent pas ce qui se passent au juste, et à la grande colère des parents qui me l’ont fait savoir ! Devant un tel désordre, une telle gabegie, nous avons décidé de les écouter et nous imaginons une éventuelle action dans le futur ; affaire à suivre. Ces situations sont trop nombreuses dans les villages de l’Inde, ce pays dont la vie campagnarde embrasse encore près de 70% de sa population !


Que fait-on dans cette galère, d’aucuns pourraient bien penser ou nous le demander ! Il m’arrive parfois de me poser la même question ; mais bien vite le bon sens de la mission « Ecoles de la Terre » prend le dessus. Nous sommes là, justement, pour participer au renversement des choses, pour accueillir les enfants les plus pauvres, et parmi eux beaucoup d’harijans, qui ne pourraient sans notre soutien, ni entamer, ni poursuivre un cursus scolaire digne de cette expression. C’est un travail de longue haleine qui prend beaucoup d’énergie et nécessite une motivation à toute épreuve. Dès que le doute s’installe, il faut revenir à l’essentiel, nous demander pourquoi nous sommes là ! Un jour, nous nous sommes dits : travaillons pour faire valoir les droits à l’éducation en faveur de ces enfants ! Alors à nous de tenir cette promesse et de renverser le courant, à nous de rester !


Aujourd’hui en 2014, Ecoles de la Terre prend en charge un certain nombre d’écoles, de centres d’apprentissage pour jeunes filles et de programmes médicaux dont je vous donne ci-après les chiffres et données principaux. L’ensemble des programmes scolaires et d’apprentissage concernent 2850 élèves, répartis en 1650 filles [58%] et 1200 garçons [42%]. Le surplus de filles [16%] s’explique par nos centres d’apprentissage accueillant exclusivement les jeunes filles. Pour nos seules écoles, la parité [50-50] est respectée entre filles et garçons. Depuis toujours, nous obligeons les familles à nous envoyer leurs filles, faute de quoi nous n’acceptons pas leurs garçons.


Je n’irai pas jusqu’ à vous dire que la galère du Bihar prend chez Ecoles de la Terre la forme d’un bateau de plaisance. Mais tout de même, à force d’imposer nos principes, à force de dialoguer avec les parents qui deviennent nos principaux partisans sur le terrain et nos défenseurs face à l’adversité, je peux vous dire que nos actions vont dans le bons sens, que nos programmes sont respectés.  Nous atteignons ainsi notre principal objectif, celui de renverser la courbe de l’analphabétisme qui prévalait auparavant.


Pour terminer ce message « bihari », j’envoie, je décoche, comme un jet de poésie, le nom de nos écoles du Bihar, avec un ou deux mots de circonstance pour chacune d’elle. ● Il y a « Camijuli », 14 ans d’âge, la première née dans le village d’Itra, avec ses 2 petites succursales, « Bandha » et « Manjibigha », du nom de leur village, qui toutes sentent bon la campagne ; elles accueillent près de 1'100 élèves. ● Au village de Baiju Bigha, Il y a  « Sujata », du nom d’une fillette qui dans la légende sauva le Bouddha d’une mort de faim certaine, qui reçoit 240 enfants. ● Il y a dans le village de Nain Bigha depuis plus de 10 ans « Jolibigha – Matijoli », une grosse maison dans la prairie lointaine qui héberge 610 élèves. ● Il y a depuis l’année 2008 « Saraswati School », du nom de la déesse hindoue des arts et de l’éducation qui accueille 530 enfants. ● Il y a depuis 2010 « WillyWidalya » dans les champs de Baheradi, une petite école coquette qui reçoit 205 élèves. ● Et puis, il y a encore « Bharti » à Kusumbara et ses 70 élèves, école qui fut construite en 2012 en l’honneur de Bharti, la petite fille orpheline née entre 2 rails de chemin de fer à la gare de Dehri-On-Sone. Je terminerai cette liste en vous citant nos centres d’apprentissage ; ● celui « Rudraksha » à Baiju Bigha, un centre aux mille couleurs, et ses 230 jeunes filles, plus vives les unes que les autres ; ● celui de Pahara dans la ville grise de Gaya, la capitale du district, et ses 75 jeunes filles,  attentionnées à souhait ; ● celui de Dehri-On-Sone, la ville sur la route de Bénarès et ses 110 jeunes filles à l’attitude sérieuse et provençale ! Tous ces lieux, toutes ces écoles, tous ces centres dont je voulais vous citer les noms !


 Avec ma reconnaissance pour tout ce temps que vous avez donné. Merci !


 Amitiés,


 Martial Salamolard pour ECOLES DE LA TERRE


samedi 8 mars 2014

8 OF MARCH, 2014 – WOMEN’S DAY IN BODHGAYA – BIHAR – INDIA – SPEECH OF ECOLES DE LA TERRE





Namaste


DEARS, 

Women, Mothers, Daughters, Sisters, Aunties, Cousins and All Other Women …. , 



EVERYBODY TALKS ABOUT CHANGING THE WORLD !

NOBODY TALKS ABOUT CHANGING ONESELF !

This proverb already went round the world so many times.

THERE ARE HUMAN RIGHTS, SUBDIVIDED IN CHILDREN RIGHTS, WOMEN RIGHTS, RIGHTS OF PERSONS WITH DISABILITIES AND HANDICAPED FORMS, ETC …. 



THERE ARE SO MANY RIGHTS LAWS AND CONVENTIONS …. FROM HUMAN BEING TO ANIMAL [TOMORROW MAYBE WE WILL HAVE “MOSKITOS RIGHTS” UNDER THE CHARTER OF UNITED NATIONS ….. !].



YES ! NOW IN 2014 WE HAVE RIGHTS FOR ABOUT ALL …. THAT IS GREAT MAYBE, BUT IT REMAINS TO BE SEEN WETHER WE GIVE PRIORITY FOR THE MOST IMPORTANT CAUSES :  THE WOMEN [MOTHERS] and THE CHILDREN  TO START ! 



GLOBALLY [for what concerns us today] THERE ARE HUMAIN RIGHTS IN THE SENSE THAT THEY RATIFY THE RIGHT TO LIFE ! THEN WHAT MORE NATURAL THAN GIVING THE BEST PLACE FOR WOMEN’S RIGHTS SINCE WOMEN ARE GIVING LIFE ! 



How many laws, how many conventions, States of the World and International Organizations have ratified and signed until now ? Many kilos, quintals, maybe more than 1 ton !



Big progress have been made through the texts, laws and conventions but much less in facts, on the ground, on everyday Life !

THEN WHY ?

WHY SO MUCH VIOLENCE AGAINST WOMEN ? SEXUAL – PHYSICAL – ECONOMICAL – SOCIAL – PSYCHOLOGICAL VIOLENCES ? 



WHY WOMEN’S FUNDAMENTAL FREEDOMS AND RIGHTS ARE SO VIOLENTLY, SO RUDELY INFRINGED ALL OVER THE WORLD ?



WHY THE MEN IN THE WORLD ARE CUTTING OFF THE BRANCHES ON WHICH THEY SIT ? 



THAT IS AN ENORMOUS QUESTION WHY I HAVE TO GIVE YOU SOME ELEMENTS FOR A RESPONSE!



BECAUSE !

① BECAUSE THE “POWER” IS A CLEAR NOTION IN THEORY BUT VERY BLURRED IN FACTS ! 



② BECAUSE THE “POWER” IS MAINLY THE PROPERTY OF THE MEN WHO HAVE DIFFICULTY TO SHARING WITH WOMEN !



③ BECAUSE POWER IS ASSOCIATED WITH THE FORCE AND UNFORTUNATELY THE FORCE WANT DOMINATE THE RIGHT AS THE MEN WANT DOMINATE THE WOMEN DESPITE THE LAWS AND CONVENTIONS WHICH ORDER TO SHARE EQUITABLY THE POWER !



④ BECAUSE WITH TALKING AND MAKING GOOD LAWS AND CONVENTIONS THE POLITICIANS IN POWER MAYBE SEEM TO BE SATISFIED WITH THIS ONLY !



BUT WHY POLITICIENS AND CITIZEN DON’T PUT THE LAWS AND CONVENTIONS INTO PRACTICE AND ARE CONTENT THEMSELVES WITH THOSE FINE WORDS ONLY ! 



⑤ BECAUSE EVERYBODY TALKS ABOUT CHANGING THE WORLD BUT NOBODY TALKS ABOUT CHANGING ONESELF ! 

WE SHOULD NOT REMAIN CAUGHT IN FINE RETHORIC IN GOOD INTENTIONS ! IT’S TIME TO TAKE ACTION, TO GET THINGS DONE !

EVERY MEN COULD START TODAY AND TOMORROW MORNING IN HIS HOME AND IN HIS JOB !



IT’S TIME TO CALL A SPADE A SPADE AND CALLING A CAT A CAT !  IT’S TIME FOR ALL OF US TO REMEMBER WE ARE COMING FROM OUR MOTHER’S WOMB !



NAMASTE Women, Mothers, Daughters, Sisters, Aunties, Cousins and All Other Women …. !



WITH A LOT OF LOVE,



Martial from ECOLES DE LA TERRE