Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !

Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !
NOUS FAISONS UN CLIN D'OEIL À LA FONDATION COROMANDEL QUI NOUS SOUTIENT POUR TOUS NOS PROGRAMMES DEPUIS TANT D'ANNÉES. NOUS SOMMES ICI À SUNBEAM PRIMARY SCHOOL AUX PORTES DU DÉSERT DU THAR AU RAJASTHAN ET NOUS LUI TÉMOIGNONS DE TOUTE NOTRE GRATITUDE. ECOLES DE LA TERRE LE 8 OCTOBRE 2018

mercredi 22 avril 2009

BONHEUR À TOUTES ET À TOUS



Je ne saurais manquer de vous rapporter ces mots d'Henri Bremond, un auteur philosophe français, qui écrivait en 1953, dans son ouvrage "Dans l'Enfant et la Vie", ceci :

" Les enfants, ces chers humanistes, ces chers réthoriciens, ces petits qui demeurent tels à ce moment trop courts dans la vie lorsqu'ils raisonnent comme eux-mêmes, des enfants; lorsqu'ils parlent sans souci d'être autre chose que ce qu'ils sont !

Larmes de joie, larmes de douleurs dans les manifestations de niaiserie sentimentale des pères et des mères qui découvrent dans les élucubrations de leurs enfants un spectacle qui peut au besoin leur fournir une distraction !

Nous ne nous intéressons pas aux enfants, nous les aimons, ce qui, pour eux et pour nous, est mille fois mieux ! "

A cela j'ajouterai, modestement, ces quelques mots que j'écrivais, en l'année 1998, soit 45 ans plus tard,

" Bidonville de la solitude, où les enfants se façonnent dans l'ombre, la nuit muette ravale sa colère. Mais au petit matin, je retrouve les enfants et je vois leurs yeurs clairs de lumière, leurs mains aux allures magiques qui rendent leur rue toujours vivante. Leurs lèvres emplies de leurs sourires ne se livrent pas aux dangers qui les guettent, au fond de leur vie de misère. Avant de les croiser dans le bidonville, je cachais en moi d'indicibles espérances, mais aux premiers éclats de leurs rires, j'ai senti comme que fil qui nous unissait. C'est peut-être simplement le symbole d'une parenté qui lie chacun de nous à l'humanité. Ceci étant, et si cet empressement prend racine dans l'amour des enfants, alors là je suis partant, pour traverser les océans, au mépris des frontières et de toutes les barrières qui nieraient cette parenté ! "



Bonjour et bon printemps à Vous Toutes et Tous. Notre prochain "Blog" vous présentera plus en détail le Programme "Micro Crédit" d'Ecoles de la Terre. Amitiés.

Pour "ECOLES DE LA TERRE"
Martial Salamolard

samedi 18 avril 2009

RETOUR DE SÉJOUR CHEZ LES ENFANTS D’ECOLES DE LA TERRE ♥ EN QUELQUES JETS DE POÉSIE



Ils sont « Futur », douces sèves qui montent,
Ils sont « Avenir », séduisantes fenêtres entre-ouvertes,
Ils sont « Regard au loin », tendres souhaits qui me font signe,
Ils sont « Image », ombres indiennes qui s’animent,
Ils sont « Espérance », esprits ardents qui se cherchent,
Ils sont « Promesse », lèvres ouvertes qui chuchotent,
Ils sont « Voyage », silences suspendus dans les airs,
Ils sont « Fleur », libertés qui se dressent,
Ils sont « Régiment d’amour », odeurs de rose au soleil,
Ils sont « Geste luminescent », louanges au ciel d’espérance,
Ils sont « Envie de dire », mots couleur arc-en-ciel,
Ils sont « Trésor chéri », greniers de vie chargés de miel,
Ils sont « Sel de la Terre », vies chargées de sens,




Ils sont celles et ceux qui vivent du jour à la nuit, celles et ceux qui pleurent et rient, celles et ceux que j’aime . . . ,



Amitiés à Vous Toutes et Tous,
de la part de Martial
Pour ECOLES DE LA TERRE

dimanche 12 avril 2009

UN PROJET ECOLES DE LA TERRE : CREATION D’UNE FERME D’ELEVAGE ET D’AGRICULTURE DANS LE CADRE DE NOTRE PROGRAMME D’APPRENTISSAGE



C’est ce que nous allons appeler une « Ferme pédagogique » que nous voulons construire dans la campagne du district de Gaya. Cela fait déjà quelque temps que nous travaillons à cette idée avec Rajesh Kumar, le responsable de notre Branche « Ecoles de la Terre Welfare Society » pour le Bihar.



Jusqu'à ce jour, nous avons surtout concentré nos efforts, en matière d’apprentissage, en faveur des jeunes filles et des jeunes femmes de cette région. Nous souhaitons promouvoir les métiers du textile – couture – confection – tissage – broderie – batik – etc.. – et les métiers de l’artisanat – fabrication de statuettes – encens – porte encens – bijoux indiens fantaisie – sacs – pochettes – etc… Pour cela nous avons ouvert des petits centres de formation dans chacune de nos grandes écoles.



Le projet de la « Ferme » est un prolongement de notre action de développement scolaire et professionnel que nous entendons étendre partout en Inde où nous travaillons.

LA FERME

"Donnez à un homme un poisson et vous le nourrirez pour un jour ! Apprenez à un homme à pêcher et il se nourrira toute sa vie ! " C’est un adage bien connu que nous approuvons tout à fait. Nous savons également que sur une population mondiale de près de 900 millions de personnes souffrant gravement de malnutrition dans ce monde, près des 3/4 sont des paysans. De manière générale, la majorité des populations défavorisées vit en milieu rural ; et cette situation devrait perdurer pour longtemps encore.



Ça n’est donc pas une surprise pour nous « Ecoles de la Terre » si nous prétendons que nous devons soutenir les familles rurales victimes de malnutrition, à mieux se nourrir et à acquérir une autonomie durable grâce à l'élevage et à l’agriculture. En leur offrant une formation et des outils de production dans un premier temps, nous pensons pouvoir procurer aux familles une source durable d'alimentation qui palliera aux carences alimentaires des enfants et des adultes et améliorera ainsi leur état de santé.



Dans la poursuite de cet objectif, pour le moins « humanitaire, nous ajouterons que les produits fermiers peuvent constituer une source de revenus permettant l'accès à l'éducation et, à des conditions de vie plus décentes.

UN PROJET SOLIDAIRE, CONCRET ET DURABLE

Créer une ferme, c'est permettre à une population de devenir autonome en bénéficiant d'une source durable d'alimentation et de revenus ; une formation et de l'équipement pour améliorer la condition de vie.



Assurer une formation est indispensable pour ensuite offrir des chèvres, des poulets, des vaches, des porcs et des moutons ; pour ensuite construire des puits, des plantations d’arbres fruitiers ; et puis créer des jardins potagers, des enclos ; construire des serres, etc..



A tout cela nous y avons bien sûr pensé ! Mais l’important est bien de concevoir ce soutien sous l’angle de la formation, ou de l’éducation agricole. Ce sera apporter une aide concrète qui changera durablement le quotidien et l'avenir des familles rurales. Le savoir-faire transmis à ces familles, par la formation et l’apprentissage leur permettra d'exploiter et de développer durablement les ressources agricoles.

Cette formation passera par notre "Centre d’apprentissage" ; une première source de compétences, une préparation au savoir-faire agricole, technique, informatique, logistique. C’est dans le cadre de ce nouveau projet « la Ferme d’élevage et d’agriculture » développé en parallèle à notre programme scolaire que nous comptons atteindre l’objectif de ce que nous appelons également « la Ferme pédagogique ».




Nous sommes au stade de l’acquisition d’un terrain agricole dans la région de Nain Bigha, une zone rurale qui se situe à une soixantaine de kilomètres de la ville de Gaya, dans le district du même nom.

Notre programme de formation est en phase de préparation et concerne en premier lieu nos élèves qui, en fin de scolarité, souhaitent se diriger vers des activités professionnelles liées à l’élevage, l’agriculture et le commercialisation des produits agricoles.

Dès que ledit programme sera défini, nous vous le présenterons de façon détaillée; dès que ledit centre ouvrira ses portes, et bien nous consacrerons également un blog à sa présentation.

Avec nos plus cordiaux messages et au plaisir de vous donner bientôt de nos nouvelles.



Martial Salamolard pour
ECOLES DE LA TERRE

lundi 6 avril 2009

SUR LA QUESTION DE L'EAU

Bonjour bien Cheres, bien Chers Ami(e)s d'Ecoles de la Terre.



Traiter la question de l'eau; en voila une qui, si familiere,nous semble couler de source, tintonnant gentiment a nos oreilles de ses cliquetis quotidiens. Nous savons tous fort bien que cette toile de peintre a pris un vilain coup dans l'esprit des "sauveurs" de la planete "Terre". Il s'agirait de "repenser" la question de l'eau. Nous en conviendrons.

Pour ce qui concerne "Ecoles de la Terre", cette question est toute simple et nous n'avons en rien l'esprit a vouloir revolutionner quoi que ce soit. D'ailleurs, nous n'en avons ni le pouvoir, ni les moyen. Ce que nous pourrions dire, et que nous savons, c'est qu'entre janvier 2001 et decembre 2008, le Pentagone a depense pres de 700 milliards de dollars en depenses militaires, dont plus de 530 milliards pour la seule guerre en Irak. Nous avons bien dit "700 milliards de dollars".



Et bien "O ! quelle horreur", cela represente 3 millions 500 mille fois notre budget annuel (chiffre a 200'000 dollars); ou si vous voulez, 3 millions 500 mille annees, avec notre budget de 200'000 dollars, a soutenir 5'000 enfants, 1'000 jeunes filles, 1'000 meres de familles, gerer un petit hopital et developper des projets economiques et sociaux, tels que le micro-credit, la distribution & l'assainissement de l'eau, le planning familial, etc ...



Durant ces 8 annees (de janvier 2001 a decembre 2008) de budget militaire, tous les territoires en guerre, et dont le Pentagone fut mele, ont ete le theatre de conflits armes orchestres par le pouvoir, l'ignorance (nous pourrions appeler cela "la fausse intelligence") et ont souffert de mille maux, dont celui relatif a la question de l'eau pour ne citer que celui-la !



Sur le sujet de "repenser" la "Terre", il est certain qu'il y a une montagne de pain sur la "planche du salut" pour la planete entiere; du pain a faire petrir ailleurs que dans les fours du "G20". Pour la minuscule part du probleme sur la question qui nous concerne, et en visite dans nos campagnes du Bihar en mars dernier, nous avons decide de faire l'inventaire des besoins "urgents" en puits et/ou autres sources d'eau pour les 35 villages d'ou viennent les 2500 eleves de nos 5 grandes ecoles de l'Etat du Bihar.



L'estimation de nos besoins est en cours d'evaluation et de comptage. Nous avons pris cette decision sur la base de nos observations lors de cette derniere visite, nous rendant bien compte que nombre de sources d'eau faisaient defaut et que trop de puits existants ne fonctionnaient plus, faute de maintenance ou de reparation.

D'autre part, un groupe de 4 etudiants en medecine (de fin de troisieme annee) de l'Universite de Geneve, se rendra a la mi-mai prochain a Jaisalmer, afin de faire une etude sur la problematique de l'eau dans le desert du Thar. Je leur demanderai de preparer la publication d'un "Blog", a cette meme adresse, afin de faire etat des conclusions de leurs travaux.



Tout autour des "Programmes lies a l'education" viennent se greffer, par la force des choses, d'autres projets qui necessitent notre intervention et qui excitent notre envie d'ameliorer les conditions de vie, en general, de ces populations tres, trop desheritees. Viendra vite le jour, je l'espere fortement, ou nous vous donnerons des details sur ces puits nouvellement construits ou renoves.

Nous venons d'apprendre que le printemps est de retour sur une bonne partie de l'Europe, et en Suisse en particulier. Certains experts craignent, pour ce printemps, de fortes fontes de neige qui risqueraient de poser quelques problemes dans certaines de nos regions, et causer ainsi de grands degats materiels. Nous esperons vivement que nous pourrons maitriser la situation en contournant les elements. L'eau en est un qui detient encore maints secrets de son histoire et qui vient frapper a la porte du "trop plein" ou a celle du "manque" ! La vie est ainsi faite, belle et cruelle !



En guise de mots de la fins : plutot que d'investir dans la guerre, pourquoi donc ne pas financer, a coups de millards, des projets et des programmes concernant l'eau ! Il faut proteger les enfants de la misere naturelle, celle qui se reveille le matin, sans declaration de guerre, sans crier gare; il faut encore les proteger de la folie des hommes !



Veuillez me pardonner si j'ai ete un peu cruel et, par de la, aurait manque d'un peu d'objectivite. Avec mes plus cordiales pensees et toute ma reconnaissance pour votre presence sur ce "Blog" !

Martial Salamolard - pour ECOLES DE LA TERRE

NOTES : Concernant les photos de ce Blog :
Les photos sur la guerre en Irak viennent de http://www.fotos.geschichtsthemen.de/iraq-war/iraq.htm
Les photos "Ecoles de la Terre" sont de Martial Salamolard