Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !

Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !
NOUS DÉDIONS CETTE IMAGE À LA FONDATION COROMANDFEL, NOTRE FIDÈLE SPONSOR À QUI NOUS EXPRIMONS NOTRE PROFONDE RECONNAISSANCE !

mardi 19 mars 2019

DILCHAON KALAN, SUD OUEST DE DELHI, UNE POCHE DE VIE !




Depuis combien de révolutions lunaires encore et toujours ce tourbillon d’émotions se balancera-t-il tel un typhon d’espérance sur le champignon de bidonville qu’est Dilchaon Kalan ? 


Jusqu’à ma mort ai-je envie de dire. Peut-être davantage encore s’il advenait que juste après je puisse y retourner ! Whaou ! Se pourrait-il que, comme la vie la mort est belle ? Whaou !


Balayé de poussière je reviens toujours à Dilchao Kalan, comme si bercé d’illusions ma vie en dépendait. C’est un peu comme si le désespoir me maintenait en vie, un peu comme si donner et recevoir se mélangeait sur la balançoire de la justice et de la raison.


Seulement voilà, la balançoire s’agite tellement que justice et raison me semblent batifoler dans un concert de déraison, au moment même où la justice me semble perdre pied ; là où la misère s’incruste et donne la mesure au concert des vivants.


Mais vaincu, non, je ne m’avouerai pas. Non, pas à Dilchao Kalan, ce repère d’espérance qui me fait avancer dans le labyrinthe de la vie où richesse et misère jouent au chat et à la souris. Je ne sais qui va gagner, mais une bonne surprise est toujours possible !


Amitiés sincères à Vous Toutes et Tous !


Martial pour Ecoles de la Terre




mardi 12 mars 2019

NOTRE VISITE AU BIDONVILLE DE JALDHARMATH À CALCUTTA



Depuis ces derniers dix ans Ecoles de la Terre s’est surtout concentré dans la scolarisation d’enfants vivant dans les zones rurales, les Îles Sundarbans au Bengale, le district de Gaya au Bihar et le désert du Thar au Rajasthan.


Pourtant les actions de nos débuts, 1997 et 1998, se sont déployées en zone urbaine, à Calcutta. C’était le temps de la découverte, les rencontres avec les ONG locales, notre apprentissage chez Mère Teresa. Durant nos 10 premières années nous ouvrions bon nombre d’écoles de bidonville à Calcutta en collaboration avec des structures humanitaires de la métropole bengalie.


Mais à l’occasion de nos déplacements dans les campagnes nous observions avec stupéfaction les insuffisances de l’institution scolaire et de son organisation dans les zones rurales que nous découvrions au fil de nos visites.


C’est ainsi que nous avons construit nos écoles de villages, jusqu’à devoir freiner nos actions dans les bidonvilles. Nous l’avons fait pour une raison essentielle ; les régions rurales que nous avons visitées ne disposaient d’aucune infrastructure scolaire, la présence d’ONG était inexistante, au contraire des zones urbaines où les organisations humanitaires ne manquent pas.


Aujourd’hui, Ecoles de la Terre soutient deux quartiers de bidonville, l’un à Jaldharmath à Calcutta, l’autre à Dichaon Kalan au sud-ouest de Delhi.


JALDHARMATH


Nous sommes à Jaldharmath dans un quartier pauvre du style bidonville ; il se situe dans la zone de Tollygunge au sud de Calcutta. Depuis bientôt 15 ans nous nous trouvons là-bas à scolariser des enfants démunis et nos locaux nous permettent d’en accueillir environ 150 par session scolaire.


Nous les accueillons tout petits dans notre école afin de les familiariser à la vie en communauté. Sortis de leur cadre familial une partie de la journée ils s’intègrent peu à peu, tout d’abord au rythme du jardin d’enfants puis à la cadence d’une ou deux années d’école enfantine. 


Dès que nous le jugeons possible les enfants sont inscrits par nos soins auprès d’un établissement scolaire officiel le plus proche. Dès ce moment-là nous les suivons quotidiennement via notre programme de "follow up" ou de suivi scolaire. Le manque de place, l’absence de lumière et les conditions de travail inappropriées font qu’ils ne peuvent étudier chez eux. Ils sont donc demandeurs de soutien pédagogique et ne peuvent en bénéficier qu’auprès de nos enseignantes.


Après tant d’années et nos souvenirs s’entassant, nous nous sentons un peu comme chez nous à Jaldharmath. Cependant, chacune de nos visites représente pour nous une leçon de vie ; pas moins que ça !


Amitiés à Vous Toutes et Tous !


Martial pour ECOLES DE LA TERRE


vendredi 8 mars 2019

ABOUT OUR ANNUAL MEETING - WORKSHOP IN CALCUTTA - MARCH 4, 5 AND 6, 2018



It is true that there are major themes, in the sense of programs, which we for one part have discussed for themselves.


We know that we cannot cut the programs in pieces since they are interdependent. Well, that’s exactly what we have been trying to do.


The main topic of our workshop is the Budget. It refers to all programs. As a result, these programs are closely linked.


If we work seriously and precisely on the budget, then we will succeed in our meeting.


What is the budget ? It is a global subject that involves all parties working together.


The budget is a whole whose overall and final figure expresses its coherence.


I had the pleasure of once again putting the book back on the trade. Like every year for the past 20 years; to break the neck of poverty and support the children and their families who benefit from our programs.


With our warm thoughts from Calcutta
Martial on behalf of ECOLES DE LA TERRE