Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !

Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !
NOUS FAISONS UN CLIN D'OEIL À LA FONDATION COROMANDEL QUI NOUS SOUTIENT POUR TOUS NOS PROGRAMMES DEPUIS TANT D'ANNÉES. NOUS SOMMES ICI À SUNBEAM PRIMARY SCHOOL AUX PORTES DU DÉSERT DU THAR AU RAJASTHAN ET NOUS LUI TÉMOIGNONS DE TOUTE NOTRE GRATITUDE. ECOLES DE LA TERRE LE 8 OCTOBRE 2018

mardi 27 janvier 2015

REVUE 2014 - ÉCOLES DE LA TERRE ET LE RAPPEL DE NOTRE MISSION PREMIÈRE [3 de 3]



La pauvreté pèse lourdement sur les parcours scolaires et les inégalités sociales continuent à les péjorer. L'interruption précoce de la scolarité et les sorties sans diplôme et certificat touchent le plus fréquemment les enfants des catégories socioprofessionnelles les plus défavorisées. Les parents qui ont eu une vie difficile souhaitent que leurs enfants ne revivent pas ce qu'ils ont subi, prétend Pierre-Yves Madignier d'ATD Quart Monde, une ONG internationale de lutte contre la grande pauvreté et l'exclusion sociale [ATD : aide à toute détresse; un mouvement créé en 1957 en France par le père Joseph Wresinski]. Selon lui, les personnes qui ont vécu dans la pauvreté ont le plus souvent connu l'échec scolaire et ont de grandes aspirations pour leurs propres enfants. Tout cela nous le confirmons et avons eu l'occasion de l'observer depuis bien longtemps.


Chaque attitude, chaque geste compte pour combattre la misère et l'exclusion. Il existe de multiples manières d'agir, quelles que soient nos compétences et notre disponibilité. Nous tous, membres de l'organisation Ecoles de la Terre, savons bien que la pauvreté ne fait aucun cadeau aux populations miséreuses. Dans les villages et les bidonvilles où nous œuvrons, nous observons les structures sociales sous-équipées; le logement, les équipements domestiques, l'électricité, l'eau potable; avec comme conséquences des conditions de vie collective et des conditions sanitaires qui influencent négativement le vivre ensemble et mettent en danger la santé des familles, provoquant ainsi des troubles de croissance chez les enfants. C'est dans ce contexte économique et social pour le moins défavorable que notre action s'inscrit depuis les premiers jours.


Notre mission première est celle de l'éducation, celle de faire respecter ses droits. C'est dans les Etats fédérés indiens de l'Ouest Bengale, du Bihar et du Rajasthan que nous avons décidé d'apporter notre soutien dès la fin de l'année 1997. La majorité de nos programmes [école, apprentissage, santé, hygiène, aide économique] sont développés dans ces trois régions de l'Inde. Nous ajouterons ici que nous travaillons également dans les deux villes de Calcutta et de Delhi qui comptent parmi les plus grandes mégalopoles du subcontinent indien.


S'il fallait en quelques mots vous résumer nos activités, nous vous dirions qu'elles s'articulent autour de quatre objectifs majeurs. Le premier, l'éducation des petites filles et petits garçons nécessiteux et l'apprentissage pour les jeunes filles abandonnées; le deuxième, la recherche de l'autonomie financière en faveur des familles pauvres; le troisième, le soutien économique aux plus déshérités par l'octroi de microcrédits en faveur des mamans; le quatrième, la mise à disposition d'eau potable et l'amélioration de l'hygiène et de la santé pour ces populations démunies. Ce résumé, qui résonne en nous comme un sentiment fort qui interpelle et maintient nos yeux ouverts sur une injustice sociale et majeure, ne nous quitte pas et s'inscrit dans chaque projet nouveau que nous mettons en œuvre pour le développement de nos programmes éducatifs, sanitaires, économiques et médicaux.
-


Chères amies, chers amis, c'est dans cet état d'esprit que nous entamons notre 18ème année au service des enfants déshérités et leurs familles les plus pauvres du Bengale, du Bihar, de Delhi et du Rajasthan; ces enfants et leurs parents qui vivent éloignés dans leurs villages, abandonnés dans un bidonville ou alors écartés de toute vie sociale, esseulés dans le désert.


Nous souhaitons, à toutes celles et ceux qui ont lu les revues de notre dernier exercice, une merveilleuse année 2015 et nous les remercions de tout cœur pour l'intérêt qu'ils portent à notre modeste engagement. Comme tous les ans à pareille époque, nous nous apprêtons à nous rendre en Inde pour notre traditionnel séjour, afin de visiter nos écoles et nos centres, concrétiser nos projets en cours, contrôler le déroulement de nos programmes. Nous nous réjouissons de faire de cette tribune notre blog de séjour, de transmettre le plus grand nombre possible de messages et de carnets, tous publiés à votre intention.


Martial Salamolard
pour ECOLES DE LA TERRE


samedi 24 janvier 2015

TODAY IS SARASWATI GODDESS PUJA


IN THE SPIRIT OF SARASWATI GODDESS,



I send all the Children, Teachers, Friends of Ecoles de la Terre and all the Children, Teachers, Friends everywhere all over the world my best positive thoughts !



With love and determination for a better education. I dream of education for all and of Children living with their families, on their own land, in peace.

Martial for ECOLES DE LA TERRE

dimanche 18 janvier 2015

REVUE 2014 - LES PROJETS D'ÉCOLES DE LA TERRE [2 de 3]



DEUX GRANDS PROJETS EN COURS

Le programme pour l'accès à l'eau potable. Depuis quelque temps déjà nous nous engageons à développer un nouveau programme de purification d'eau que nous voulons étendre à l'ensemble des territoires où Ecoles de la Terre exerce ses activités.


Une eau est dite potable quand elle satisfait à un certain nombre de caractéristiques la rendant propre à la consommation humaine.  Les standards de référence dans ce domaine diffèrent selon les époques et les pays. Le concept de « potabilité » détermine la question de l'accès à l'eau, puisqu'une eau de bonne qualité est essentielle au développement économique et humain.


Pour ce qui nous concerne c'est d'abord l'impact de l'eau non potable sur la santé des enfants et de leurs familles qui nous a sensibilisé en premier lieu. C'est la principale raison qui nous a poussé à intervenir dans ce domaine particulièrement sensible.


Au cours du deuxième semestre 2014, deux premières stations de traitement de l'eau ont été construites et mises en service dans les îles Sundarbans de l'Ouest Bengale indien. Nous avons prévu l'installation de trois nouvelles stations dans d'autres régions des Sundarbans au cours de cette année 2015. Nous aurons l'occasion d'en reparler très bientôt.

Le Centre de formation et d'information pour femmes à Raidighi. La construction d'un centre pour jeunes filles et mères de familles de la région de Raidighi, dans les îles Sundarbans, a démarrer au cours du mois de décembre 2014. Ce projet d'envergure vise à favoriser l'apprentissage des filles, ainsi qu'à dynamiser les activités des femmes, toutes mères de famille, dans le cadre de notre programme de micro crédit mis en place dans le district de 24 South Parganas de l'Ouest Bengale.


Le centre de formation professionnelle a pour but de former des jeunes filles et des jeunes femmes dans différents métiers, tels que la broderie, la couture, la confection, les soins esthétiques, l'informatique, etc… Ces formations existent déjà dans l'Etat du Bihar. En parallèle, nous souhaitons également préparer des jeunes gens et jeunes hommes de ce même endroit aux métiers de la terre grâce à l'expérimentation de diverses techniques de travail, à l'utilisation des semences et fertilisants, etc…



Nous organiserons des ateliers de travail "women workshops" afin de sensibiliser les femmes à lafabrication et la vente d'articles divers en lien direct avec les activités des bénéficiaires de notre programme de micro crédit. En plus, nous prévoyons de mettre sur pied des cours de formation spécifique pour divers métiers. Enfin, des meetings d'information sur des sujets tels que l'hygiène & santé, les vaccinations, la gestion de l'eau potable [awareness programmes] sont également planifiés.


Voilà deux exemples de grands projets déjà engagés. Ce ne sont bien sûr pas les seuls. D'autres le seront au cours de cette année 2015 et seront ultérieurement exposés dans le présent blog.


Martial Salamolard
pour ECOLES DE LA TERRE


dimanche 11 janvier 2015

REVUE 2014 - LES RÉALISATIONS D'ÉCOLES DE LA TERRE [1 de 3]



NOS ACTIONS CONCRÉTISÉES



Le nombre des étudiants d'Ecoles de la Terre, après les inscriptions d'avril 2014 se monte à 6'100 élèves et apprentis répartis dans une trentaine d'écoles et de centres de formation au Bihar, à Calcutta,  à Delhi, en Ouest Bengale et au Rajasthan. 154 enseignants et spécialistes de la santé assurent le suivi de tous nos programmes scolaires et médicaux.



La barre des 10'000 prêts octroyés aux mères de familles bénéficiaires de notre programme socio-économique de micro crédit a été franchie au courant de l'automne 2014.  Ce programme a pour objectif de relever le niveau de vie des familles vivant en dessous du seuil de pauvreté.



Concernant les concrétisations de projets, nous avons construit une nouvelle école au Bengale, sur l'île de Purba Jata dans les Sundarbans. Dans cette même région nous nous sommes engagés dans un nouveau programme de purification d'eau que nous souhaitons étendre sur l'ensemble des territoires où nous travaillons. Au cours du deuxième semestre, nos 2 premières stations de purification ont été construites et mises en service dans les îles Sundarbans de l'Ouest Bengale. De l'eau potable est maintenant mise à la disposition de toute une population en danger.


Dans le but d'améliorer les conditions de travail des élèves, nous avons , au Bihar, fournis plusieurs écoles en bancs et pupitres et offert de nouveaux uniformes à nombre d'élèves. Enfin, plusieurs écoles anciennes et en mauvais état ont été rénovées au Bihar et au Rajasthan.


Martial Salamolard
pour ECOLES DE LA TERRE  

jeudi 1 janvier 2015

HEUREUSE ANNÉE NOUVELLE



Chères amies, chers amis,

Nous vous souhaitons une merveilleuse année 2015. Nous prions le ciel pour qu'un sourire vienne se déposer sur chaque visage ! Amour, tolérance, rire, générosité, bonheur, ce sont les étoiles dont nous aimerions que la vie vous réserve !


Nous avons jugé agréable de rapporter ici les vœux de Jacques BREL émis le 1er janvier 1968 sur la station radio Europe 1

" Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir et l'envie furieuse d'en réaliser quelques uns. Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer et d'oublier ce qu'il faut oublier. Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil et des rires d'enfants. Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l'enlisement, à l'indifférence et aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l'aventure, à la vie, à l'amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d'être vous, fier de l'être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable." [1*]


Avec nos pensées les plus chaleureuses.

Martial Salamolard
pour ECOLES DE LA TERRE

[1*] Texte transmis ce jour même par Myriam, une amie d'Ecoles de la Terre