Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !

Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !
NOUS FAISONS UN CLIN D'OEIL À LA FONDATION COROMANDEL QUI NOUS SOUTIENT POUR TOUS NOS PROGRAMMES DEPUIS TANT D'ANNÉES. NOUS SOMMES ICI À SUNBEAM PRIMARY SCHOOL AUX PORTES DU DÉSERT DU THAR AU RAJASTHAN ET NOUS LUI TÉMOIGNONS DE TOUTE NOTRE GRATITUDE. ECOLES DE LA TERRE LE 8 OCTOBRE 2018

mercredi 31 décembre 2014

RÉTROSPECTIVE 2014 - LES RESSOURCES D'ÉCOLES DE LA TERRE, SES PROJETS NOUVEAUX ET SA VISION D'AVENIR [5 de 5]



LE BUDGET DE RESSOURCES

Nous établissons un budget de ressources d'exploitation afin d'accompagner nos prises de décisions au sein de l'association. Il s'agit d'un budget prévisionnel simple qui nous permet, en cours d'année, de vérifier l'état des ressources et les besoins financiers nécessaires au bon fonctionnement de nos programmes d'éducation.


Nos sources de revenus sont diverses [donations de personnes morales telles que les Fondations, parrainages de personnes physiques, bénéfices d'événements et de manifestations, profits de notre programme de Micro Crédit en Inde, …]; ces revenus proviennent de Suisse pour 80 %  et d'Inde pour 20 %. Nous appelons nos responsables indiens à s'engager de plus en plus dans la recherche de fonds.


Nous devons accéder à l'autofinancement le plus vite possible pour tout ce qui concerne l'exploitations de nos programmes éducatifs, afin de consacrer nos ressources provenant de Suisse et d'Europe au développement de projets plus conséquents. L'élargissement des activités de notre programme Micro Finance déjà bien en place, ainsi que le déploiement d'une véritable politique de Fundraising en Inde, peuvent nous permettre d'atteindre cet objectif au cours de ces 5 prochaines années.


Pour ce qui est de l'investissement, nous planifions, puis constituons systématiquement des budgets dans le cadre de nos projets [projets de construction d'écoles, de centres d'apprentissage, de forage de puits, de centrales d'eau potable, projets d'acquisition de terrains, de véhicule ou de gros matériel, etc…].

PROJETS EN COURS ET PROJETS NOUVEAUX

Un peu plus de 100'000 Francs Suisses [106'000] sont consacrés au cours de cette année 2014 à l'élaboration et à la réalisation de projets concrets [construction d'une école et d'un centre multi fonctionnel, forage de 2 puits et installation de 2 stations d'épuration d'eau, rénovation de l'agencement de plusieurs écoles, financement de notre programme de micro finance]. Cela représente un investissement de l'ordre de 60 % de notre budget de fonctionnement des écoles et des centres [175'000].


Comme nous le relevions ci-dessus [Le Budget Ressources], nous devons inverser cette tendance, de façon à pouvoir investir davantage encore dans les projets de construction, de rénovation et d'amélioration. 


Pour Ecoles de la Terre, investir c'est acquérir de nouveaux matériels d'exploitation, immobiliers et mobiliers [bâtiments d'école, centre de formation, puits, matériel d'agencement des locaux scolaires, etc…]. C'est aussi placer du capital dans notre programme de micro crédit afin d'accroître notre soutien aux mères de famille et de générer ainsi un supplément de revenus pour le financement de nos programmes d'éducation et de santé.


Dans le contexte marqué par les difficultés d'accéder au financement de programmes sociaux et/ou humanitaires, et au vu la situation générale de l'économie mondiale actuelle, nous sommes conscients qu'en notre qualité de "porteurs de projets", nous devons œuvrer avec l'objectif prioritaire d'optimiser au maximum l'utilisation de nos fonds disponibles.


En ce qui concerne nos projets 2014, nous avons pris en compte des critères cherchant à maximiser nos objectifs visés. C'est ainsi que nous fixons lesdits critères en termes de localisation, de besoin, de genre de construction, de type de rénovation, et surtout d'impact sur le fonctionnement futur des programmes concernés par l'investissement à faire. En fin de compte, si le besoin est avéré, il n'en est pas moins subordonné à l'impact prévisible et attendu.  

VISION D'AVENIR

Malgré la difficulté d'élargir le cercle de nouveaux donateurs et parrains, malgré le poids engendré par la lourdeur de l'administration indienne, malgré la grande distance qui nous sépare de l'Inde, nous poursuivons résolument notre route en maintenant notre cap, en nous concentrant sur l'atteinte des objectifs fixés pour l'ensemble de nos programmes d'éducation et de santé.



La grande estime de ces objectifs nous invitent à dégager un fort esprit d'entreprise sociale "Ecoles de la Terre" entre le staff indien et notre équipe en Suisse, à développer un management [1*] de plus en plus pointu, à créer une structure adroite et intelligente de recherche de fonds sur territoire indien et à poursuivre notre politique de bénévolat intégral [2*] ici à Genève.


Séjournant chaque année de long mois sur place afin de raffermir nos liens, nous bénéficions d'une vision un peu plus large et précise des questions indiennes et d'une compréhension du terrain qui nous permet de mieux discuter [3*]et négocier de façon constructive.


La rétrospective 2014 est aujourd'hui 31 décembre terminée. Nous vous remercions infiniment pour intérêt et votre patience et vous faisons part de toute notre gratitude. Nous vous adressons nos pensées les plus chaleureuses et nous réjouissons de vous présenter nos vœux, pas plus tard que demain, 1er janvier 2015.

[1*] Depuis l'introduction du programme de micro crédit en 2010, nous travaillons sur un système informatique en ligne et en temps réel [entrée hebdomadaire de toutes les données dans notre système "Intranet Micro Finance"]. Nous mettons actuellement au point un système identique pour la gestion de nos programmes d'éducation et de santé [gestion des données de notre nouveau programme "Intranet Education & Health Programme].
[2*] Ecoles de la Terre investit l'intégralité [100%] des donations et des parrainages pour le financement de ses projets et de ses programmes d'éducation et de santé.
[3*] Nous communiquons au moyen du logiciel gratuit de téléphone par Internet "Skype". Chaque bureau en Inde bénéficie de ce moyen de communication. Nous l'utilisons quotidiennement.

Martial Salamolard
pour  ECOLES DE LA TERRE


mardi 30 décembre 2014

RÉTROSPECTIVE 2014 - LES DÉPENSES INHÉRENTES AUX PROGRAMMES D'ÉCOLES DE LA TERRE & LE BINÔME COÛT - EFFICACITÉ [4 de 5]



LES CHARGES DE FONCTIONNEMENT EN INDE

Le 90 % de nos charges d'exploitation est consacré à nos programmes d'éducation et de santé, à savoir la rémunération des enseignants [60 %], les charges de fonctionnement avec principalement le matériel scolaire [22 %] ainsi que l'assistance médicale [8 %]. Le 10 % restant représente les charges administratives affectée des différentes places [les branches] où nous fonctionnons, soit, dans les Îles Sundarbans [1*], en ville de Calcutta, dans l'Etat du Bihar [2*], en ville de Delhi et dans l'Etat du Rajasthan [3*].


Ces charges d'administration sont bien entendu, à des degrés divers, plus ou moins liées à nos programmes socio-éducatifs. Ainsi, le poste "Véhicules & Maintenance" qui représente le 21 % de l'ensemble de nos frais administratifs concerne nos programmes éducatifs puisque les bénéficiaires de ces moyens de transport [voiture, ambulance, jeep] sont nos élèves, nos enseignants et notre personnel médical.


EFFICACITÉ ET EFFICIENCE DES PROGRAMMES

Nous devons nous demander si notre action est efficace, si nos objectifs sont atteints. L'efficacité d'une entreprise a longtemps été perçue comme un concept unidimensionnel et mesurée par un indicateur en particulier, le chiffre d'affaires, le profit, la rentabilité. Se poser ce genre de question présuppose que nous nous considérions comme une entreprise. Alors oui, nous sommes une entreprise sociale et nous visons l'efficacité [atteindre notre principal but qui est de scolariser correctement les enfants dont nous avons la charge afin que notre action soit utile] et l'efficience [soutenir le plus d'enfants possibles compte tenu de nos ressources et du bon fonctionnement de nos programmes].


Pour l'exercice 2014, notre budget annuel se monte à 10'493'990 de roupies indiennes, soit l'équivalent de 175'000 francs suisses. Il est calculé sur la base de chiffres réels et définitifs dont les prix sont arrêtés avec précision [un nombre arrêté d'enseignants pour un coût de 60 %, des charges déterminées de fonctionnement des programmes pour 30 %, des frais administratifs pour l'ensemble des branches de l'ordre de 10 %].


Le nombre d'élèves et d'apprenties se montant aujourd'hui à 6'078. Par conséquent nous noterons que le coût annuel par élève se chiffre à 1'726,55 roupies indiennes [28,80 francs suisses contre 24,60 en 2013], le coût mensuel se montant adonc à 143,90 roupies indiennes [2,40 francs suisses contre 2,10 en 2013].


Certaines branches sont plus actives et performantes que d'autres. Ainsi, le Bihar consomme le 50,4 % du budget global et accueille le 61,6 % de nos élèves et apprenties alors que le Rajasthan [avec notamment le désert du Thar] utilise le 19 % du budget total et reçoit le 11,5 % de nos écoliers. Pour compléter la comparaison, les Îles Sundarbans dépensent le 18,50 % de notre budget et scolarisent le 23,7 % de nos étudiants.


Depuis près de 10 ans, Ecoles de la Terre fonctionne en Inde en qualité d'ONG nationale. Nous insistons sur la nécessité de travailler ensemble et de mettre en commun, donc à profit, les expériences des uns et les compétences des autres. Une véritable culture d'entreprise sociale se met en place petit à petit et rassemble aujourd'hui un lot de valeurs et de règles partagées et susceptibles de nous faire progresser. 


[1*] District de South 24-Parganas
[2*] District de Gaya et de Rothas
[3*] District de Jaisalmer et désert du Thar
  
Martial Salamolard
pour ECOLES DE LA TERRE


lundi 29 décembre 2014

RÉTROSPECTIVE 2014 - LES ENSEIGNANTS D'ÉCOLES DE LA TERRE & LE BUDGET EN MATIÈRE D'ÉDUCATION [3 de 5]



LA RÉPARTITION DES EFFECTIFS

Nous avons subdivisé les fonctions de notre personnel en différents types de postes de travail [Membre de la direction, Directeur d'école, Enseignant, Maître d'apprentissage, Personnel médical, Employé au Micro Crédit, Gardien & Nettoyeur, Employé de bureau, etc...]


Parmi les 180 employés d'Ecoles de la Terre travaillant en Inde, 154 d'entre eux, soit le 86% des effectifs travaillent dans des postes affiliés au secteur de l'éducation et de la santé. Cette proportion est sensiblement la même dans 2 de nos principales branches, le Bihar et le Rajasthan. Dans les Îles des Sundarbans, une région exclusivement campagnarde, plus de 9 employés sur 10 œuvrent dans les programmes scolaires et médicaux.


La répartition des employés par postes de travail pour l'ensemble des régions reflète notre mission première, celle consacrée à l'éducation. Pour l'ensemble des branches d'activités, le seul poste d'enseignant, à savoir de professeur d'école, avoisine les 80% en terme de taux d'occupation [78.5%]. Notre présence dans le domaine de l'apprentissage ne représente que le 5% d'activité pour l'ensemble du territoire. Cela provient du fait que nous développons pour l'heure ce programme dans l'Etat du Bihar seulement. Nous avons planifié le démarrage de ce programme pour le début 2015 dans les îles Sundarban et un peu plus tard dans l'Etat du Rajasthan.


La part de notre personnel occupé aux fonctions administratives et de maintenance est inférieure à 10% de la totalité de nos effectifs [8.5%].


Le 5.5% de nos effectifs concerne notre programme de Micro Crédit. Nous avons imputé ce poste dans le secteur éducation, en ce sens que les résultats bénéficiaires de nos activités liées à ce secteur sont intégralement affectés au financement des écoles. De plus, les collaborateurs de notre programme micro crédit sont aussi directement impliqués dans les activités scolaires et parascolaire.


LES COÛTS EN  PERSONNEL                               

À raison de 6'309'204 [1*] roupies indiennes sur un total de charges de 10'493'990 [2*], la masse salariale d'Ecoles de la Terre en Inde représente le 60,10 % du budget global. Nous rappelons ici que sur nos 180 employés, 154 d'entre eux sont directement rattachés à des fonctions professionnelles d'enseignement, les autres [médecins, infirmiers, surveillants et nourrices] l'étant pour la plupart indirectement.


Les deux branches d'activités les plus importantes sont celle du Bihar [61,6 % des élèves] et celle de l'Ouest Bengale [23,7 %]. Elles représentent à elles deux le 85,3 % de nos étudiants et consomment le 74,4 % des salaires. Il s'agit de deux régions dans lesquelles Ecoles de la Terre travaille depuis ses débuts [fin des années 90].


Le salaire moyen de nos collaborateurs est bien en dessous de celui publié par la Banque Mondiale pour ce qui concerne l'Inde [85 € mensuel contre 50 CHF pour 2012] et [1020 € annuel contre 600 CHF en 2012]. Tout d'abord nous observons que les vertus du bénévolat et du volontariat caractérisent les enseignants d'Ecoles de la Terre. Ils contribuent ainsi au développement des structures éducatives que nous avons mises en place pour les filles et les garçons de leur propre communauté.


Le 52 % de nos employés [94] sont des hommes, le 48 % sont des femmes [86], soit une proportion de femmes plus importante que la moyenne générale en Inde si nous comparons ces chiffres à ceux publiés par la division des Statistiques des Nations Unies en 2012 [3*].



L'amélioration des conditions relatives aux salaires demeure pour nous une priorité, comme le sont d'ailleurs le respect de la parité "homme - femme" ainsi que la qualité des programmes et de son enseignement.



[1*] Contrevaleur en Francs Suisses : 105'153.00 au cours de 60.00
[2*] Contrevaleur en Francs Suisses : 174'900.00 au cours de 60.00
[3*] 44 % de femmes dans le niveau primaire et 40% de femmes dans le niveau secondaire


Martial Salamolard
pour ECOLES DE LA TERRE