Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !

Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !
NOUS FAISONS UN CLIN D'OEIL À LA FONDATION COROMANDEL QUI NOUS SOUTIENT POUR TOUS NOS PROGRAMMES DEPUIS TANT D'ANNÉES. NOUS SOMMES ICI À SUNBEAM PRIMARY SCHOOL AUX PORTES DU DÉSERT DU THAR AU RAJASTHAN ET NOUS LUI TÉMOIGNONS DE TOUTE NOTRE GRATITUDE. ECOLES DE LA TERRE LE 22 AOÛT 2018

dimanche 26 mars 2017

LA JOURNÉE DE LA FEMME AU VILLAGE D'ITRA AU BIHAR




Les grandes chaleurs sont arrivées « tambour battant » un peu partout en Inde. Certaines régions, comme ici au Bihar, sont particulièrement perturbées par les incessantes coupures d’électricité, surtout si vous vous trouvez en pleine campagne, comme c’est d’ailleurs le plus souvent mon cas. Je mets trop de temps à publier mes messages. Deux jours de coupure par-ci ajoutés à deux autres par-là, ça vous demande parfois une semaine avant de pouvoir communiquer vos infos.


Brèfle de trèfle, pour l’heure qui vient tout juste de chanceler sur vos cadrans, je veux juste vous dire quelques mots sur notre traditionnelle rencontre organisée à notre école de Camijuli au village d’Itra à l’occasion de la journée mondiale de la femme. Même si nous vivons cet événement depuis l’année 2005, je ne dirai pas qu’il s’agit d’un rituel, mais bien plutôt d’une journée toujours très attendue ici par « toute une chacune » !


Nous souhaitons organiser cette réunion chaque année dans des endroits différents, mais toujours là où Ecoles de la Terre anime et gère une école ou un centre. Cette année ce fut à Camijuli, notre école du village d’Itra ouverte au cours de l’année 2001. Nous nous retrouvions là-bas pour la deuxième fois.


Un bon millier de femmes, de mères, de  jeunes filles, d’apprenties et d’élèves de la quinzaine de petits villages environnants étaient attendues ; elles vinrent en masse pour vivre une journée de témoignage et de reconnaissance au son de la musique, à  l’audition de discours divers et fleuris, parfois dans un bruitage de circonstance qu’un tel attroupement ne peut manquer de distiller. Mon dieu, que furent agréables ces moments chaleureux, au propre comme au figuré ; il devait bien faire 35° aux moments forts de la manifestation !


Cette journée permet de mettre en évidence la réalité souvent douloureuse des conditions de la femme indienne, pour ne parler que d’Elle. Violences, inoculation du sida, mariages forcés, mauvais traitements en cas d’adultère, domination patriarcale, inégalités dans le droit à l’éducation, à la rémunération et bien d’autres encore, sont autant de points de domination que subissent les femmes en Inde et à travers le monde. Ce sont bien sûr ces tristes réalités que nous rappelons au cours d’un tel événement.


Mais ce sont les actions concrètes que nous déployons et les programmes que nous développons pour briser les chaînes qui enferment les femmes dans ce collier d’asservissement que nous mettons en évidence lors de cette journée. L’école, l’apprentissage, la santé, la gestion domestique et le soutien économique sont autant de plans d’activités où Ecoles de la Terre fait en sorte que la parité soit absolument respectée dans l’exercice des droits.


Parlant de l’éducation, la femme doit avoir sa place autant dans son statut d’élève que dans celui d’enseignante. Ainsi, la parité « filles et garçons » est devenue la règle incontournable pour l’inscription de nos élèves. Parlant de gestion des affaires familiales et de développement professionnel, elle est au centre des affaires et de nos préoccupations puisque c’est à elle que sont confiées les clés de l’organisation et les décisions des actions à mener.


Si ce message a valeur de discours, je le conclurai en disant ceci ; nous observons ici dans la campagne indienne que les femmes, je veux avant tout parler des mères et de leurs filles, sont de mieux en mieux considérées. Mais cela nous permet de prendre davantage conscience des écarts qui existent encore dans les mentalités, les mœurs et les croyances, tous autant difficiles à bousculer. Et c’est bien dans la gestion de nos programmes de tous les instants que nous pouvons renverser le cours des choses. Les droits ne s’exercent pas dans les ministères ou les organisations tentaculaires, dans les associations aux titres ronflants qui développent leurs directives au rythme de rencontres de salon, mais bien sur le terrain et dans la mise en œuvre véritable des programmes !

Amitiés à Toutes et à Tous !
Martial Salamolard pour ECOLES DE LA TERRE

Aucun commentaire: