Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !

Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !
AIDE ALIMENTAIRE ORGANISÉE PAR ECOLES DE LA TERRE POUR LES FAMILLES DANS LE BESOIN, ÎLES DES SUNDARBANS, OUEST BENGALE, INDIA, JUIN 2020

jeudi 14 mars 2013

Fin février début mars, un dizaine de jolie folie, aux Sunderbans et à Calcutta !



Chères Amies, Chers Amis, je me dois de vous parler de ces semaines qui passent à une vitesse grand « V » ! Nous étions en toute fin de février lorsque mon épouse Marie-Elisabeth et Rita de Terwangne s’en allaient pour Genève et Rachel Philippoz remontait sur Delhi. Avec Saviana Francioso je me déplaçais à Calcutta afin d’accueillir Françoise Frossard. Le jour même de son arrivée, nous filions tous les trois ventre à terre pour Raidighi, un bourg pittoresque du sud des Îles Sunderbans dont je vous ai si souvent parlé.

Notre objectif étant de visiter l'ensemble de nos centres scolaires en Inde, nous nous sommes donc donnés quatre jours pour faire le tour des écoles de ces îles sauvages. Srifaltala, Purba Jatta, Sonatikari et Ganga Sagar ; c’était un peu trop pour mon organisme qui dû renoncer à certaines visites, dont celle de Ganga Sagar. Mon deuxième séjour 2013 aux Sunderbans fut ainsi quelque peu bouleversé par de coquines coliques intestinales.

Ces 4 écoles sont de vrais bijoux, toutes organisées avec joie, détermination et discipline. Nandalal Baidya est le chef d’orchestre d’Ecoles de la Terre aux Sunderbans. Avec ses seconds qui s’appellent Budiswar et Monigopal il a rassemblé une belle équipe ; enseignants, infirmiers et collaborateurs du programme de micro crédit se donnent sans compter. Chaque école fonctionne bien et ça se voit. Les enfants sont attentifs à souhait. Je les retrouvais une nouvelle fois après mes premières visites de janvier dernier que j’ai vécue avec ma Douce Marie-Elisabeth.

Françoise, toute nouvelle arrivée dans ce pays où la chaleur allait croissant, tenait le coup comme une routinière des Îles ; Saviana, dont c’était l’heureux retour aux Sunderbans après sa belle découverte de l’année dernière, ne bronchait pas. J’étais vraiment heureux que Saviana soit là ; elle me remplaçait haut la main aux côtés de Françoise afin de collecter le maximum d’informations pour le prochain livre d’Ecoles de la Terre dont Françoise est  l’auteure.

En effet, Françoise est venue ici pour au moins deux raisons que je vous cite promptement ; la première, pour découvrir les écoles et les centres de notre organisation dont elle est membre active depuis bien des années, la deuxième, pour récolter toutes les données dont elle a encore besoin afin de « charpenter » son ouvrage ; ouvrage qui j’en suis sûr, ne fera non seulement le tour des écoles, mais bien plus encore, le tour de la terre !

Nous étions le 3 mars lorsque nous rentrions tous les trois sur Calcutta. Mon estomac s’était un tant soit peu remis d’aplomb grâce aux bons soins d’un « Friend’s Doctor » de Nando Baidya ; je pouvais donc reprendre du collier et accompagner pleinement mes deux braves acolytes et amies dans la cité de Mère Teresa.

Nous visitions notre école du bidonville de Jaldharmath à Calcutta. J’y avais laissé mes traces de joie toutes récentes, suite à ma visite de début février avec Marie. Françoise découvrait ce nouveau monde avec ses yeux tout écarquillés ; Saviana revisitait son bonheur qu’elle avait vécu l’an dernier à presque même période !

Bref, c’était un grand moment de tendresse intense que d’être là dans ce bidonville de « bonheur – misère » ! Bien sûr, Françoise collectait ses « infos » pour le Livre ; Saviana retrouvait ses émotions de l’an dernier, encore plus claires, encore plus belles ! Et moi, j’accompagnais ce beau monde et, comme d’habitude, je jouais avec les Enfants.

Les 3 et 4 mars, nous ne manquions pas de rendre visite à Pradip Har, le fondateur et responsable de Creditwatch, la société de microcrédit avec laquelle nous travaillons pour notre programme en faveur des mères de famille. Pradip aussi je le revoyais après ma récente visite avec Marie en février dernier. Françoise avait mille questions à lui poser au sujet de notre programme Micro Finance.


Saviana, rassurée que mon estomac était en fonction normale profitait bien entendu de refaire une petite visite au bidonville de Jaldharmath. C’est Saviana, dès qu’il y a des enfants, et des tout petits, elle « craque » ! Normal, elle est éducatrice pour la petite enfance !


Et puis, le mardi 5 mars en fin d’après-midi est arrivé ! En gare de Sealdah, en plein cœur de Calcutta, nous prenions le train pour Gaya, destination Bodhgaya le Bihar où nous arrivions sur le coup de minuit ; là où nous nous trouvons toutes et tous en ce moment ; là où je viens de vous écrire ce « Blog » ! Là où, entre temps, les 7 jours qui s’en suivirent, tant de choses se sont passées, tant de choses vous seront racontées !


Du 26 février au 6 mars, ce furent 9 jours d’intenses moments de vie, entrecoupés de longs et chauds déplacements ! Les jours qui suivirent ne le furent pas moins, avec la présence de Rachel qui nous fit l’immense plaisir d’une nouvelle visite à Bodhgaya pour quelques jours, hélas bien trop brefs pour Saviana, et pour moi aussi !


Françoise m’a promis pour ces prochains jour un ou deux messages dont elle a le secret de la narration. Et Saviana, comme Rachel d’ailleurs, n’y échapperont pas non plus ! Je m’en porte garant. Mais je dois vous dire qu'il est bien difficile de gérer le temps de l'information ici au Bihar et de promettre ainsi des parutions à des dates précises. Il m'aura fallu une petite semaine pour publier ce Blog. Internet est tellement capricieux ici !


Chères Amies, Chers Amis, je vous embrasse Toutes et Tous très fort et je vous remercie de nous suivre ! Avec mon amitié et mes pensées les plus chaleureuses.


Martial Salamolard pour ECOLES DE LA TERRE

Aucun commentaire: