Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !

Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !
AIDE ALIMENTAIRE ORGANISÉE PAR ECOLES DE LA TERRE POUR LES FAMILLES DANS LE BESOIN, ÎLES DES SUNDARBANS, OUEST BENGALE, INDIA, JUIN 2020

mercredi 14 mars 2012

LE BLOG DE SAVIANA - CHEZ "ECOLES DE LA TERRE" DURANT SIX SEMAINES !

BONJOUR À TOUTES ET À TOUS,



Après des mois, des semaines de réflexion et d’organisation, ça y est me voilà enfin en Inde et pour 6 semaines. Je l’ai vraiment voulu et attendu ce voyage et je ne réalise pas que je suis en train de réaliser un petit rêve. 6 semaines loin de chez moi à découvrir un pays, une culture, des personnes, des écoles et encore tellement de choses.



Delhi, Kolkata, Raidighi, Bodhgaya et Jaisalmer, ça en fait des choses à voir, mais quel bonheur. Immersion totale et immédiate et ça me plait énormément. Chaque village, chaque paysage, chaque personne, tout est différent, quelle diversité.



Raidighi me fait penser à ces villages que l’on voit dans le dessin animé «Le livre de la jungle » quel dépaysement. Les écoles sont magnifiques, je reçois un super accueil à chaque visite. Première expérience de teaching, j’ai vraiment beaucoup aimé, les enfants sont tellement curieux d’apprendre, avides de connaissances. Petit pincement au cœur de devoir quitter ce magnifique village.



Kolkata, une sacrée ville, une grande ville. Du trafic, du monde partout, mais une ambiance bien particulière. Il y a en Kolkata quelque chose d’intrigant. J’ai eu l’occasion de visiter une école. J’ai eu un vrai coup de cœur, les profs, les enfants ont été adorables, souriants, accueillants, un vrai moment de partage et de bonheur.



Pour me rendre à Bodhgaya, j’ai pris le train (il fallait bien le vivre une fois ) pour une durée de 5h, heureusement que Martial m’accompagnait, mais je dois avouer que le voyage a passé rapidement. En arrivant à la gare de Gaya, j’ai eu un très bon feeling, je me suis sentie bien. Que dire sur Bodhgaya. Tout m’a plu, les gens, la ville, l’ambiance (il faut quand même dire que c’est l’endroit sacré du Bouddihsme), je m’y suis sentie parfaitement à l’aise, un peu comme chez moi d’ailleurs. Beaucoup de visites d’écoles, sur des routes parfois un peu chaotiques, mais cela fait partie du voyage. J’ai vraiment profité de ces 2 semaines.



Jaisalmer. Le Fort, le désert, que de découvertes. Cela ne ressemble à aucun autre endroit que j’ai visité et c’est vraiment magnifique. Safari dans le désert à dos de dromadaire, couché du soleil sur les dunes de sable, nuit sous la tente durant la pleine lune, une expérience extraordinaire. Visites d’écoles dans le désert, dans les villages, un sourire, un « Namaste», une photo et les enfants sont heureux, c’est vraiment touchant.



J’ai vécu à l’intérieur du Fort de Jaisalmer, là où tout le monde sait et connaît tout de tout le monde, ce qui a quand même un côté rassurant et surtout ça permet de se sentir tout de suite à l’aise.



Déplacement à Delhi dans peu dans temps pour le retour à Genève. Ces 6 semaines ont passé très vite, c’est bien la preuve que j’en ai bien profité. Une expérience unique. Voilà le résumé de ce que j’ai pu vivre tout au long de mon séjour. J’ai fait de magnifiques rencontres, ce sont de belles personnes. J’ai vu des choses, des paysages, des endroits magnifiques.



Ce que je retiendrai de ces quelques semaines passées en Inde, c’est que rien n’est acquis et l’on en apprend tous les jours. J’en ai pris plein les yeux, je me suis imprégnée de tous ces moments vécus avec les indiens, les enfants ou alors toute seule. Je crois vraiment que j’ai vécu mon expérience comme je devais la vivre et j’en suis très heureuse.



Je remercie du fond du cœur toutes les personnes qui ont pu faire que ce petit rêve devienne réalité, qui m’ont aidée, soutenue et encouragée. Et un grand merci à Martial pour le travail qu’il fait chaque jour pour « Ecoles de la Terre ». Il y a une phrase qui résume assez bien ce que j’ai vécu au quotidien en Inde « Ces personnes n’ont rien et donnent tout » A bon entendeur et à l’année prochaine !



Saviana Francioso - Mars 2012 - pour ECOLES DE LA TERRE

Aucun commentaire: