Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !

Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !
AIDE ALIMENTAIRE ORGANISÉE PAR ECOLES DE LA TERRE POUR LES FAMILLES DANS LE BESOIN, ÎLES DES SUNDARBANS, OUEST BENGALE, INDIA, JUIN 2020

lundi 5 mars 2012

L’HOMME QUI AVAIT ENVIE DE PARLER AUX PHOTOS !



INTERMÈDE EN ATTENDANT LES PROCHAINS BLOGS DONT CELUI DE SAVIANA



Un blog n’est-il pas fait pour raconter la vie à tous vents, mélanger étonnement, surprise, allégresse, ravissement, cette vie emplie aussi d’ébahissement, de stupeur et d’effarement parfois ! Peut-être ne le fais-je pas assez souvent ! Qu’à cela ne tienne, j’y vais !



Nous sommes ce matin du 2 mars 2012, à Gaya City ; elles sont cinquante Mamans à bénéficier de nouveaux petits crédits destinés à maintenir et développer leurs petites "activités business" ou en d'autres termes, le moyen de vivre un peu mieux, soit dignement ; oh bien sûr ce ne sont que quelques gouttes d’eau, mais destinées à devenir un jour de petites rivières !



Faut-il que je sois béni des « dieux » pour avoir ce privilège d’être là parmi Elles ce jour-là ! Oui il le faut et je n’ai guère de mots pour séparer les quelques photos parmi tellement d’autres que j’ai prises d’Elles, aussi délicieuses et gracieuses les unes que les autres, à ne plus savoir lesquelles choisir !



À cette heure-ci où en Suisse des partis politiques de gauche et de droite se réunissent pour secouer le cocotier de l’égalité « Femmes-Hommes », constatant que rien n’a changé depuis des années – toujours 18% de salaire en moins pour une même qualification et compétence -, ici en Inde, dans les milieux les plus pauvres, les femmes se battent pour émerger de la misère et de l’oubli !



Les femmes émergent de la grisaille du monde ! Oui, car ce sont elles, dans les milieux les plus déshérités qui assurent le minimum vital des familles ; contre vents et marées, contre l’histoire qui les accable, la dot qui les précarise, le statut social qui les laisse au bas de l’échelle, elles font contre mauvaise fortune bon cœur ! Et elles ont du cœur !



Je suis trop heureux d’écrire ces mots qui tiennent davantage de la prosodie que de l’article de presse ! Mais, que diable, la source de vie d’où je suis venu, la femme, ma mère dont je suis issu, vaut bien le détour vers cette vérité qui ne demande qu’à s’exprimer pour faire valoir une certaine justice sur la terre !



Ce message n’est ni un rapport, ni une narration, ni un discours, ni un exposé ! Il n’est qu’un alibi, une excuse pour louer le comportement et les agissements de toutes ces merveilleuses mères qui offrent leur vie au bonheur de leurs enfants, de leur famille. Il est aussi un prétexte pour publier les photos dont je vous ai déjà parlé. Et toc, j’ai donc placé les dix photos que j’ai choisies à grand peine !



Affectueusement,



Martial Salamolard – pour ECOLES DE LA TERRE



OH MÈRES ! JE VOUS AIME !

Aucun commentaire: