Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !

Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !
AIDE ALIMENTAIRE ORGANISÉE PAR ECOLES DE LA TERRE POUR LES FAMILLES DANS LE BESOIN, ÎLES DES SUNDARBANS, OUEST BENGALE, INDIA, JUIN 2020

lundi 11 avril 2011

GALA UN JOUR, GALA TOUJOURS ! WELCOME À L’ÉCOLE DE VIDYA SAGAR !



CHÈRES AMIES, CHERS AMIS,



Je n’arriverai pas, avant mon départ de Jaisalmer, prévu pour demain matin mardi 12 avril 2011, de vous présenter toutes nos écoles du Rajasthan ; qu’à cela ne tienne, je le ferai dès mon arrivée à New Delhi, lieu de ma dernière étape de ce présent séjour.



Gala est le nom de la région où se trouvent deux villages qui nous occupent tout particulièrement ; ces villages se nomment « Beldar Ki Dhani », village hindou, et « Koju Khan Ki Dhani », village musulman. J’ai un bonheur certain à vous dire cela.



Construite en fin d’année 2005, notre école de Vidya Sagar accueille autant d’enfants hindous que musulmans. L’ambiance y est chaleureuse de démontre, si cela est encore nécessaire, que des enfants issus de cultures bien différentes peuvent étudier ensemble, en bonne intelligence.



Que ce soit ici au Rajasthan, ou alors à Calcutta, aux Îles Sunderbans ou au Bihar, nous retrouvons fréquemment ce genre de situation ; avec toujours cette immense satisfaction de constater que cette mixité, dans le monde de l’éducation, nous offre de belles occasions d’encourager le partage et de constater que tout cela est possible.



110 enfants suivent leur scolarisation à Vidya Sagar School. Ils sont répartis entre les niveaux de la classe enfantine et ceux des classes 1 à 5. Comme la région de Gala se trouve certes dans le désert, mais seulement à 15 kilomètres de Jaisalmer, nous avons pu dès l’année dernière, intégrer une dizaine d’élèves des classes 6 et 7 de Vidya Sagar dans notre école de Satyadev, à Jaisalmer. Les parents de Beldar et de Koju Khan peuvent assurer une navette quotidienne pour le transport des enfants à Jaisalmer. D'autres élèves les suivront dès la prochaine année scolaire - au mois de mai qui vient.



Cela démontre que nos efforts auprès des familles, visant à les convaincre de la nécessité de scolariser durablement leurs enfants, portent déjà leurs fruits. Depuis le tout début d’Ecoles de la Terre, cet aspect des choses nous préoccupe au plus haut point. Nous voulons soutenir le plus d’élèves possibles jusqu’au terme de leur scolarisation obligatoire.



Ce sujet représente à lui seul tout un véritable chapitre dans notre action. Avec Françoise Frossard, qui rédige en ce moment le « Livre d’Ecoles de la Terre », nous en parlons souvent ; c’est un sujet de discussion que j’ai également avec tous mes autres collègues, membres d’Ecoles de la Terre Genève.



Comme je vous le disais plus haut, demain je me déplace à New Delhi. C’est là-bas que je vous présenterai notre école de Sunbean qui se trouve dans un bidonville proche de la cité de Jaisalmer, une petite ville plutôt touristique, où les commerçants pensent davantage à leurs affaires mercantiles qu’à celles d’Ecoles de la Terre. Et « TOC », je l’ai dit !



Chères Amies, Chers Amis, j’apprends que l’Europe, occidentale tout au moins, vit en ce début avril 2011 sous une grande vague de chaleur ! Puissiez-vous profiter de ces instants printaniers au goût « d’hors du commun » ! Je vous envoie mes cordiales pensées du nord-ouest indien. Amitiés.



Martial Salamolard
Pour ECOLES DE LA TERRE

Aucun commentaire: