Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !

Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !
AIDE ALIMENTAIRE ORGANISÉE PAR ECOLES DE LA TERRE POUR LES FAMILLES DANS LE BESOIN, ÎLES DES SUNDARBANS, OUEST BENGALE, INDIA, JUIN 2020

mardi 3 avril 2012

CAMIJULI SCHOOL ET SES DEUX NOUVELLES ANTENNES, BANDHA ET MANJIBIGHA – BIHAR INDIA , MARS 2012

TRÈS CHÈRES AMIES, TRÈS CHERS AMIS,



C’est avec bonheur et enchantement que je vous présente, une fois de plus, Camijuli School, inaugurée dans le village d’Itra, à une trentaine de kilomètres de la ville de Gaya, le 31 janvier 2001. Elle est devenue davantage qu’une école ; c’est un véritable complexe scolaire que je vous présente aujourd’hui.



Nous fêtions donc ses 10 ans en début d’année dernière. Avec Rajesh, nous nous sommes dit que l’espace de notre bâtiment d’école se faisait de plus en plus petit, vu le nombre croissant de demande d’inscriptions. Ainsi nous est-il venu à l’idée de décentraliser l’enseignement pour les plus jeunes enfants dans certains villages bénéficiaires de nos services, au total ceux-là sont plus d’une dizaine.



Aujourd’hui, deux petites succursales de l’école principale fonctionnent et assurent déjà pour les premiers villages l’enseignement aux élèves des classes maternelle, enfantine et de niveau I ; il s’agit de l’antenne de « Bandha » et de celle de « Manjibigha ». Pour information, je signale qu’une troisième antenne est en voie d’ouverture à " Pachannma ". Ces 3 dernières appellations représentent en fait les noms de 3 villages bénéficiaires de notre école principale de Camijuli.



Décentraliser les classes des plus petits représente un premier avantage, celui de la distance, donc des déplacements quotidiens. Certaines agglomérations se situent à plusieurs kilomètres de Camijuli School, ce qui pour les plus jeunes représente un handicap certain. Il permet également de rapprocher l’école des villages et d’impliquer ainsi davantage ses habitants et les familles des élèves dans l’éducation de leurs rejetons. Enfin, l’augmentation constante du nombre de demandes d’immatriculation de la part des familles, nous permettra de mieux gérer et occuper l’espace de notre bâtiment central, Camijuli.



Notre objectif est d’ouvrir le nombre d’antennes nécessaires pour décentraliser l’enseignement de tous les jeunes enfants de ces villages pour les degrés de classe que je vous citais ci-dessus. Une antenne rassemblera en fait les jeunes élèves des communautés les plus rapprochées. Je pense que cette opération sera définitivement réalisée à la fin de l’année scolaire 2012-2013, soit en mars/avril de l’année prochaine. 4 à 5 antennes devraient suffire à couronner cette action de décentralisation.



Pour clore cette présentation générale, je compléterai en vous disant qu’à Camijulij School nous accueillons 760 élèves, à Bandha School 135 élèves et à Manjibigha School 156 élèves, soit un total pour l’année scolaire 2011-2012 de 1'051 élèves.



CAMIJULI, L’ÉCOLE PRINCIPALE



Elle comprend à ce jour comme vous le savez un effectif de 760 élèves, de 18 enseignants et de 2 auxiliaires. Elle dispose de 14 salles de classe, de 2 vérandas et d’une salle d’ordinateurs. Au cours de ces 11 dernières années, Camijuli a vu son nombre d’élèves s’accroître régulièrement. Tous les niveaux de classes y sont enseignés, soit jusqu’au niveau 10, moment où certains de nos élèves peuvent entrer au collège. Du fait que nous continuons de soutenir nos collégiens, ce dernier sujet devra donc faire l’objet d’un prochain Blog.



Camijuli, notre premier établissement « Ecoles de la Terre » au Bihar, est une sorte d’exemple dont nous essayons de généraliser son développement à l’ensemble de nos autres écoles. Je peux vous affirmer qu’il nous faut du temps et des circonstances favorables. Lorsque celles-ci sont assemblées, tout s’enchaîne favorablement ; les programmes de base fonctionnent et d’autres viennent s’y ajouter. Pour Camijuli School je citerai notre programme santé qui s’est développé à un tel point qu’un dispensaire y a été construit. Là aussi un prochain Blog est nécessaire pour le présenter. J’ajouterai encore nos sessions d’apprentissage à l’intention des jeunes filles des villages, les campagnes de planning familial, etc…



L’ANTENNE DE BANDHA SCHOOL



J’ai visité cette petite école en février et mars dernier et je suis tombé sous le charme d’une petite maison perdue dans la campagne où le chant des oiseaux s’entremêlait parfois aux clameurs et aux exclamations de nos plus petits élèves. Un vrai bonheur, un gros espoir aussi !



La raison de l’existence de Bandha School qui porte le nom du village où elle se trouve, vous la connaissez maintenant. Les 135 enfants sont répartis entre les classes suivantes, maternelle, enfantine I, enfantine II et classe niveau primaire I.



Trois enseignants assurent le fonctionnement de l’école. Le nombre d’élèves peut vous paraître énorme en rapport au petit nombre d’enseignants ; c’est en effet le cas, nos classes enfantines pouvant – je devrais dire devant – accueillir parfois près de 50 enfants, parfois davantage.



Il y a une chose inédite et particulière dont je tiens à vous parler au sujet de nos deux nouvelles antennes que sont Bandha School et Manjibigha School ; il s’agit de nos enseignants, de leur origine, de leur formation, de leur compétence. Mais comme je veux garder quelques mots inattendus pour vous présenter l’antenne suivante de Manjibigha, alors je vous en parlerai au chapitre qui suit.



L’ANTENNE DE MANJIBIGHA SCHOOL



Comme pour la précédente école, j’ai visité l’antenne de Manjibigha School en février et mars dernier. Si le village de Bandha n’est pas si éloigné de l’école centrale de Camijuli – environ 2 kilomètres – celui de Manjibigha l’est davantage, à savoir plus de 4 kilomètres.



Une toute petite maison cossue de la municipalité accueille en plein village 156 enfants et 3 enseignants. La véranda entourant le bâtiment est indispensable pour faire asseoir tout ce petit monde. Manjibigha est un village typique de la campagne biharie ; des animaux en pagaille allant de la volaille aux bovins animent la rue principale où nombre d’habitants affluent dès notre arrivée.



Vous allez me dire, quand va-t-il parler des enseignants ! J’y viens pour clore le présent Blog. Aussi bien à Bandha qu’à Manjibigha, un maître confirmé organise le programme scolaire; nous l’appelons ici le « principal ». Mais les 2 autres enseignants sont d’anciens élèves de Camijuli qui actuellement étudient au Collège. C’est la « trouvaille » que Rajesh responsable d’Ecoles de la Terre Bihar et moi-même avons dénichée. Les premiers résultats sont remarquables, pour ne pas dire admirables.



Nos collégiennes et nos collégiens savent bien "d'où ils viennent" et sont heureux d’enseigner aux plus petits ; ils sont proches d’eux et au bénéfice d’une pédagogie naturelle qui plaît aux enfants. Nos enseignants collégiens bénéficieront bien entendu d’un suivi pédagogique ; mais je peux d’ores et déjà vous dire que cette nouvelle approche, pour ne pas dire cette nouvelle formule, rencontre le plus vif intérêt chez tout le monde.



Chères Amies, Chers Amis, en amorçant ce Blog je ne savais pas vraiment par quel bout commencer ! J’espère seulement avoir su, ou pu, vous transmettre l’essentiel de ce qu’est aujourd’hui Camijuli School ainsi que ses deux antennes que sont Bandha School et Manjibigha School, deux petits bijoux perdus dans la campagne. Nous espérons et souhaitons développer cette nouvelle approche d’enseignement partout ailleurs où cela s’avérerait possible et souhaitable. Je vous remercie infiniment pour votre patience et votre soutien et je vous souhaite le meilleur dans votre doux printemps d’Occident.



Martial Salamolard - pour ECOLES DE LA TERRE

Aucun commentaire: