Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !

Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !
NOUS FAISONS UN CLIN D'OEIL À LA FONDATION COROMANDEL QUI NOUS SOUTIENT POUR TOUS NOS PROGRAMMES DEPUIS TANT D'ANNÉES. NOUS SOMMES ICI À SUNBEAM PRIMARY SCHOOL AUX PORTES DU DÉSERT DU THAR AU RAJASTHAN ET NOUS LUI TÉMOIGNONS DE TOUTE NOTRE GRATITUDE. ECOLES DE LA TERRE LE 8 OCTOBRE 2018

vendredi 1 février 2013

BIENVENUE AU BIHAR - DANS NOS ÉCOLES DE SUJATA ET DE SARASWATI


SUJATA SCHOOL ET SARASWATI SCHOOL



Les 4 premières photos illustrent notre établissement scolaire de Sujata ; les 6 suivantes nous présentent l’école de Saraswati. Ces 2 écoles se trouvent non loin de Bodhgaya, soit respectivement dans le village de Baiju Bigha et celui de Pachhatti. Nombre de villages proches de ceux-ci envoient leurs enfants chez nous dans ces 2 écoles.



Sujata School qui a ouvert ses portes en avril 2001, accueille 240 enfants – 115 filles et 125 garçons. Saraswati School, inaugurée en avril 2008, reçoit quotidiennement  530 élèves – 269 filles et 261 garçons. Vous aurez remarqué la parité respectée entre filles et garçons. C’est en effet un critère fondamental que tient à respecter absolument  « Ecoles de la Terre » lors des inscriptions des enfants dans ses établissements. 5 enseignants assurent le programme à Sujata et 14 enseignants pour Saraswati. À chacun de mes séjours là-bas, je suis agréablement surpris par la stabilité de l’encadrement.



Marie-Elisabeth et Rita qui m’accompagnent ici au Bihar m’ont fait part de leur étonnement à ce sujet. Elles sont agréablement surprises quant à la qualité de l’organisation des cours et de la grande discipline en classe dont font preuve tous les élèves. Elles me disent aussi qu’avec peu nous pouvons faire beaucoup.



L’ÉTAT DU BIHAR



Comme tous les ans, je me fais un plaisir, autant qu’un point d’honneur, de vous transmettre ces informations et vous rappeler brièvement quelques points d’histoire de chacune de nos écoles. En complément, je me dois aussi de vous présenter celles-ci dans un contexte plus vaste de la branche, c’est-à-dire de l’Etat dans lequel nous travaillons, au Bihar pour ce Blog ci.



C’est précisément au Bihar qu’Ecoles de la Terre gère le plus grand nombre d’écoles, soit 8 au total. En plus du programme scolaire primaire proprement dit, nous offrons un certain nombre de prestations relatives à l’apprentissage des jeunes filles, à la formation de base des jeunes prisonniers de la prison de Gaya, à la mise en place d’une structure médicale au profit des élèves et de leurs parents et enfin, à la gestion d’un programme de « micro crédit » destinés à aider de nombreuses familles très pauvres à se sortir peu à peu de leur spirale de la misère.



Comme d’autres Etats fédérés indiens, le Bihar est particulièrement besogneux en matière d’éducation. Des ONG telle que la nôtre, se doivent d’agir quotidiennement en première ligne, en mettant en place leur programme et en faisant face à l’extrême pauvreté qui imprime la vie des contrées rurales ; mais elles doivent encore coopérer avec le gouvernement qui ne les épargnent pas des obligations juridiques et administratives qu’elles ont loisir de leur imposer à tout moment. 



De nos blogs, qui chaque année à pareille époque recommencent à paraître à foison, du fait de nos séjours ici à chaque fois renouvelés, je souhaite en faire une tribune plutôt souple, susceptible de marier la simple présentation des faits [ celle de vous dire ce qui se passe dans les écoles ] avec une problématique plus complexe [ celle qui a trait à nos relations avec le pouvoir en place qui nous impose ses lois juridiques et administratives et qui bien souvent nous freinent dans notre élan ].



Chères Amies, chers Amis, ce sera tout pour aujourd’hui ! Nous vous remercions chaleureusement pour votre fidélité à nous suivre. Je vous donne rendez-vous tout bientôt afin de poursuivre notre présentation sur la route d’Ecoles de la Terre, la route des Enfants !



Martial Salamolard
Pour ECOLES DE LA TERRE


Aucun commentaire: