Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !

Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !
NOUS FAISONS UN CLIN D'OEIL À LA FONDATION COROMANDEL QUI NOUS SOUTIENT POUR TOUS NOS PROGRAMMES DEPUIS TANT D'ANNÉES. NOUS SOMMES ICI À SUNBEAM PRIMARY SCHOOL AUX PORTES DU DÉSERT DU THAR AU RAJASTHAN ET NOUS LUI TÉMOIGNONS DE TOUTE NOTRE GRATITUDE. ECOLES DE LA TERRE LE 8 OCTOBRE 2018

jeudi 14 avril 2016

BYE BYE THAR DESERT ! ÇA SENT FORT LE SABLE CHAUD !




Auprès des arbres, les chèvres ne quittent pas leurs ombres pâles, à peine plus foncées que le reste alentours ; la route au loin se pare de ses flaques miraculeuses. Je suis sur celle qui nous conduit à l'école d'Uttam Aadarsh dans le village de Meharajot, à quelques 80 kilomètres de Jaisalmer, capitale de district et haut lieu touristique renommé pour l’organisation de safaris dans le désert du Thar. Uttam Aadarsh est notre petite dernière du Rajasthan, sortie de terre en début des années 2010.


Ayant quitté Jaisalmer depuis environ quarante-cinq minutes, nous arrivons à l’entrée du village de Davicot ; tout de suite nous tournons sur la gauche pour nous engager sur l’axe défoncé qui nous mènera par bonds et par bosses tout droit à Meharajot, le village qui ne se voit pas, le village aux cents maisons aussi pâles que le décors des chèvres.


Jusqu’alors la route était belle, entretenue par les bons soins de l’armée indienne qui sillonne le district de Jaisalmer de toutes parts, faisant frontière avec le Pakistan, le frère ennemi  juré, le voisin, le traitre dont il faut vraiment se méfier dit-on ! Je ne vous proposerai pas un exposé d’histoire contemporaine de la région du Thar ; je veux seulement vous dire qu’ici la tension est forte dès que j’évoque le sujet des frères ennemis, enfants de « Mère India » définitivement séparés dès 1947.


Les quarante premiers kilomètres ont défilé gaiement sur le billard de la nationale 20 ; les quarante suivants seront jonchés de traquenards et de surprises. Une bosse par-ci, deux trous par-là, nous finirons par quitter la petite régionale sans nom pour emprunter les pistes que nos prédécesseurs et les grandes pluies ont largement marquées de leurs empreintes sauvages.


Sur ce deuxième tronçon, il nous faudra le double de temps pour atteindre Meharajot sous le soleil déjà plombant de ce matin d’avril ! Je me suis rendu là-bas, sans doute pour la dernière fois de cette année 2016. Pour moi c’est le temps des au-revoir qui sonne « rantanplan » au Rajasthan !


Depuis le temps que je vais et je viens, de Suisse en Inde et d’Inde en Suisse, bientôt 20 ans, je devrais m’y faire à ces retrouvailles, à ces au-revoir ! Et bien non, ils me procurent toujours leurs indicibles surprises, étonnante allégresse, indescriptible mélancolie ; bref, le bonheur de se revoir et le guignon de se séparer ! Et c’est très bien comme ça !


Bye Bye le Rajasthan, Bonjour le Bihar, après un petit crochet par Delhi et une visite au bidonville de Dilchau Kala. L’heure de la dernière étape a sonné, et quelle étape ! Le Bihar et sa dizaine d’écoles et de centres « Ecoles de la Terre », ses kilomètres par centaines à travers la campagne sauvage du plat pays du nord, encore très verte en cette veille d’été, ce pays chargé d’histoire !


Chères Amies, Chers Amis, je vous dis à tout bientôt sur cette tribune, avec des photos par milliers. Avec mes pensées les plus chaleureuses.


Martial Salamolard pour ECOLES DE LA TERRE


Aucun commentaire: