Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !

Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !
AIDE ALIMENTAIRE ORGANISÉE PAR ECOLES DE LA TERRE POUR LES FAMILLES DANS LE BESOIN, ÎLES DES SUNDARBANS, OUEST BENGALE, INDIA, JUIN 2020

dimanche 24 avril 2016

LES ENFANTS DE MATERNELLE DEVENUS ENSEIGNANTS ! DE BELLES HISTOIRES VÉCUES À CAMIJULI, À JOLIBIGHA, À SARASWATI, NOS 3 PRINCIPALES ÉCOLES DU BIHAR !




Sur nos quelques 90 enseignants du Bihar, 10 d’entre eux sont nos anciens élèves ! 6 belles jeunes filles, 4 beaux jeunes hommes prennent aujourd’hui en charge l’enseignement de nos plus jeunes élèves principalement. Vous parlez d’un bail ! Poursuivant aujourd’hui des études supérieures, ils embrassent déjà à eux seuls l’ensemble des principales branches figurant dans les programmes de l’enseignement primaire ; hindi, mathématiques, physique, histoire, géographie !


Je les invitais ce dimanche 24 avril sur le coup des neuf heures, avant les grandes chaleurs qui envahissent le Bihar depuis la mi-avril. Les avoir une fois, tous, ensemble autour d’un verre, partager notre histoire commune, remonter le temps de ces années passées à Camijuli, à Jolibigha, à Saraswati Schools ! J’ai bien dit un bail ! Ce fut tout simplement un de ces moments magiques où le partage devient l’inclination première du groupe, les souvenirs prennent la forme du présent, la connaissance et la pédagogie se réunissent dans un même élan, teinté d’amitié, de confiance et de respect ! Je vous dis ça comme ça, mais juste d’y penser j’en ai déjà la "chair de poule" ; vous imaginez l’émotion ! Mais quelle équipe ! Mais quel bonheur !


Jitendra Kumar, un calé en mathématiques et en physique, était en classe 1 lorsque nous ouvrions Camijuli School en février 2001 ! Il m’apporte sur un plateau d’argent le souvenir d’une journée de gala où des parents par centaines s’étaient déplacés pour fêter l’événement bruyant et coloré qu’il qualifie d’inoubliable. Il poursuivra toutes ses classes dans cette même école pour se retrouver aujourd’hui à la porte de l’université de Magadh, au Bihar. Amitraj Basan était une jeune pousse lorsque nous inaugurions Jolibigha School en avril 2004 ; il se souvient de ce jour de fête, de ce premier bâtiment d’école un peu difforme et rabougri, recevant quelques centaines d’enfants dans le paysage bucolique de Nain Bigha, un village perdu dans la campagne de Shergati. Et puis je m’entretiens avec Priyanka Sharma qui a suivi toutes ses classes à Saraswati School. Elle se souvient de la grande peur de ses parents lorsque l’ONG japonaise décidait de cesser ses activités, par manque de moyens, en  début d’année 2008 ; d’un clin d’œil affectueux elle dit me connaître depuis cette époque-là. En effet, nous décidions avec Ecoles de la Terre de reprendre les rênes de Saraswati en avril de cette même année ; oui je m’en souviens comme si c’était hier !


Sans compter les centres d’apprentissage, nos écoles du Bihar sont au nombre de 7 et accueillent 2'700 élèves pour l’année 2015 - 2016 ; tous les enfants sont de condition pour le moins modeste et ne pourraient sans notre soutien suivre une scolarité convenable.  C’est bien pour cette principale raison que nous nous trouvons dans ces zones défavorisées depuis plus de 15 années. Je vous présenterai plus en détails chacune d’elle lors de prochains messages.


Avec mes pensées les plus chaleureuses. Martial Salamolard pour ECOLES DE LA TERRE

Aucun commentaire: