Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !

Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !
AIDE ALIMENTAIRE ORGANISÉE PAR ECOLES DE LA TERRE POUR LES FAMILLES DANS LE BESOIN, ÎLES DES SUNDARBANS, OUEST BENGALE, INDIA, JUIN 2020

jeudi 14 janvier 2010

NOUVELLES DE CALCUTTA

BONJOUR BIEN CHERES, BIEN CHERS,

Je me trouve actuellement dans les bureaux de la Societe CreditWatch, au Sud de Calcutta, dans l'interminable rue d'Anwar Shah Road. En compagne de Dr Pradip Har, je prepare un seminaire de "Micro Credit" a l'intention de nos trois responsables de branche "Ecoles de la Terre" qui sont Abhishek Vyas, pour le Rajasthan, Nando Baidya pour le West Bengal et Rajesh Kumar pour le Bihar.

Outre l'approche comptable de cet important "Projet d'Ecoles de la Terre" que nous definissons selon nos besoins de gestion, c'est aussi une vision globale des procedures que nous voulons definir pour l'ensemble des regions. La presentation detaillee du programme "Micro Credit d'Ecoles de la Terre" sera pour un prochain blog.

Dans le quartier de "South City", a Calcutta, dans le secteur de Tollygunge, 4 immenses tours de 35 etages ont ete construites ces dernieres annees; une cinquieme est en voie de construction; bien d'autres suivront. Les appartements les moins chers (les plus petits et moins bien exposes) sont acquis actuellement pour plus de 250'000 francs suisses; les plus chers (les plus grands et mieux exposes), pour plus d'un million de francs suisses.

Ainsi, les gens et les familles les plus riches ainsi que les hommes d'affaires sont devenus les nouveaux residents de ces luxueux mastodontes batis sur un espace ou vivaient tres recemment les gens de classe moyenne (inferieure) et ceux des bidonvilles. Moi-meme je me souviens de ces lieux, pour les avoir souvent visites a la fin des annees 1990; j'y avais rencontre de nombreux enfants des rues que nous invitions alors a rejoindre nos ecoles voisines de Shantospur, d'Anwar Shah Road et de Jhaldarmath. Aujourd'hui en 2010, nous continuons a oeuvrer dans celle de Jhaldarmath, les deux autres ayant ete detruites. Veuillez me pardonner cette comparaison, mais je dois vous dire que la vie en bidonville peut etre comparee a celle d'une fourmilliere de misere !

Je vous parle de tout cela, ce 13 janvier 2010; nous sommes bien dans une epoque dite du "monde civilise", si je ne m'abuse. Et bien, l'enfer de vie existe encore dans de nombreux lieux, ici a Calcutta. Et, me diriez-vous, et vous auriez raison, dans des milliers et des milliers d'autres lieux; non seulement au Bengale, en Inde, mais partout ailleurs dans le monde; dans tous les continents de notre Terre Cherie, y-compris l'Europe, ce continent qui est le mien et que j'aime !

Je vous parle de tout cela, tout simplement parce que je suis ici, maintenant ! Dans des bidonvilles de la misere, l'enfer de vie fait parfois place a l'enfer de feu; comme c'est le cas en ce moment dans le bidonville de "Basanti Colony", dans le quartier de Ultadanga, a l'Est de Calcutta. Mardi 12 janvier, des 13h05, le feu a sevi dans ce bidonville; mais les vehicules des pompiers n'ont pu s'y rendre a temps pour "limiter la casse", une greve de chauffeurs obstruant la seule issue possible, la Dakshindari Road, pour atteindre "Basanti Colony". Pas loin d'un demi millier des cabanes du bidonville ont ete completement detruites, avec presque tout ce qu'elles contenaient. Un mort, "seul un mort devrais-je dire", est a deplorer; le pire du pire a ete evite grace au seul reflexe des residents.

Je vous raconte tout cela, au moment meme ou j'apprends ce qui se passe a Haiti ! Ciel ! que la vie est cruelle dans ce monde ou trop souvent les seismes, les catastrophes frappent en premier les plus pauvres !

Ici nous poursuivons notre travail; nos seminaires de formation en "Micro Credit" commencent a porter leurs fruits. Je suis heureux a l'idee de vous donner, bientot, les resultats de nos premieres "recoltes". Sur cette derniere photo vous verrez que j'ai fait une escapade a l'ecole de Jhaldarmath. Que du bonheur ! Chez vous l'hiver "fait rage", un exces saisonnier somme toute bien naturel; je vous dis donc, encore une fois, sortez "couverts". Prenez bien soin de Vous ! Avec mes plus cordiales pensees ! Affectueusement.

Martial pour ECOLES DE LA TERRE

Aucun commentaire: