Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !

Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !
AIDE ALIMENTAIRE ORGANISÉE PAR ECOLES DE LA TERRE POUR LES FAMILLES DANS LE BESOIN, ÎLES DES SUNDARBANS, OUEST BENGALE, INDIA, JUIN 2020

vendredi 4 décembre 2009

NOUS SOMMES TOUJOURS AU BIDONVILLE DE DILCHAU KALA ET VOUS DONNONS DES NOUVELLES DE SHAHIDA

COUCOU A VOUS TOUTES ET TOUS,

Vous dire que SHAHIDA va bien serait d'un "indianisme" bien trop optimiste. Elle vit a Dilchau Kala, un bidonville de derriere les "fagots". Une misere de pauvrete qui ferait fremir le plus grand emir du Golfe, la plus grande fortune de l'Est ou de l'Ouest ou alors le beneficiaire du plus grand bonus de la plus grande entreprise du monde ! Mais a quoi bon parler comme cela ! "Sorry de chez sorry" ! Ce n'est pas comme cela que je parviendrai a aider les enfants ! Sachant bien que ni les humanitaires, ni les chefs d'entreprise, ni les banquiers, ni les emirs, ni les rois, ni les footballeurs sont a medire, ni d'ailleurs a encenser ! Ce sont des hommes et seuls des hommes et des femmes quelque soient leur religion, leurs idees politiques ou leur statut social, peuvent, a tout moment, aider les enfants a sortir de leur crade misere. Parce qu'en fait de misere, je peux vous affirmer qu'a Dilchau Kala, et bien c'est du "corse".

SHAHIDA est une merveilleuse petite fille handicapee, intelligente a souhait, belle comme tous les enfants du monde, a commencer par ses camarades du bidonville; elle vit le martyr comme des milliers d'enfants sur cette planete. Je l'ai rencontree a Dilchau Kala, la ou "Ecoles de la Terre" tente d'offrir une education a des enfants qui pourront vraisemblablement la vivre, contrairement a tous leurs parents, tous illettres et prives de toute structure scolaire depuis des decennies.



Que s'est-il passe hier vendredi 4 decembre ? Et bien, ce fut une journee lourde pour le corps, penible pour le moral ! Nous avons tout d'abord, a grand peine, pu emmener SHAHIDA dans un premier hopital, du nom de "Rao Tula Ram". Auparavant, trop de parents s'y sont opposes, du fait qu'ils ont auparavant perdu certains de leurs enfants dans ce genre d'hopitaaux; selon mes sources, je pense qu'ils les avaient, en realite, emmenes a l'hopital beaucoup trop tard, en desespoir de cause; et qu'ils sont morts pour cette raison, principalement. Les disponibilites financieres des parents de Dilchau Kala sont minimes, pour ne pas dire inexistantes la plupart du temps. Cependant, apres de grandes et longues discussions, mais surtout grace au Papa de SHAHIDA, j'ai pu, avec l'aide de Pinky et de Rene, les convaincre que pour SHAHIDA, la seule solution raisonnable etait de l'emmener, ce jour meme a l'hopital le plus proche; ce que nous avons fait.



La suite de la journee fut tout autant difficile. A l'hopital "Rao Tula Ram" nous avons du passer par les formalites administratives d'usage, pour nous retrouver a dans ce que nous pourrions appeler "le Couloir des Urgences". Le verdict de deux medecins fut que nous devions nous rendre dans un autre hopital; en effet, selon eux, SHAHIDA devra tres propablement subir une operation chirurgicale neurologique. Elle est paralysee des deux jambes et son infection ne peut etre traitee que dans une unite neurologique. D'autre part, suite a sa paralysie elle souffre de la colonne vertebrale.



Nous nous sommes donc deplaces a l'hopital de Safdarjung au Sud de Delhi, eloigne de plus d'une heure de route du bidonville de Dilchau Kala, qui se trouve a l'Ouest de la capitale. Mais nous n'avons malheureusement pas pu rencontrer le medecin susceptible de s'occuper de SHAHIDA. Ce fut certes tres frustrant, mais nous avons tout de meme pu parler avec son assistante et remplir les premiers papiers en vue de la prochaine admission de SHAHIDA.



Aujourd'hui samedi 5 decembre, nous nous sommes donc a nouveau rendus a l'hopital de Safdarjung. Par bonheur nous avons pu enfin rencontrer le medecin; mais nous nous rejouissions bien vite d'une issue heureuse et rapide. Nous n'avons recu qu'un rendez-vous pour la semaine prochaine et quelques medicaments pour soulager les douleurs de la petite. Ce n'est peut-etre pas grand-chose; mais nous sommes deja rassures d'avoir enfin ete recus et entendus. Des la semaine prochaine, nous pouvons donc esperer que SHAHIDA sera hospitalisee et soignee de maniere efficace.



L'ecole de Muskan, a Dilchau Kala, represente pour nous une nouvelle aventure; c'est la premiere petite structure scolaire que nous ouvrons a Delhi, ou se trouve le siege de notre nouvelle societe humanitaire indienne "ECOLES DE LA TERRE WELFARE SOCIETY"; mais ce bidonville risque d'etre pour nous la cause d'un parcours itinerant durant ces prochaines annees. Nous nous sommes promis de suivre les familles et leurs enfants au cas ou ils etaient a nouveau chasses de cette place de Dilchau Kala. Comme nous vous le disions dans notre precedent Blog, la population de Dilchau Kala est a la merci d'un decision des personnes qui tolerent leur presence dans ces lieux. Cette situation ne nous facilite bien entendu pas la tache; mais elle la rend plus emouvante encore et decuple notre volonte de pouvoir assurer, le plus rapidement possible, un programme d'education complet et permanent pour tous ses enfants. Nous tenterons aussi, de notre cote, de faire le maximum, afin que cette population puisse enfin trouver un lieu de residence stable.


Pinky (Ecoles de la Terre de Delhi) et Martial (Ecoles de la Terre de Geneve) vous proposent ce magnifique fond d'ecran

AMITIES ET CORDIALES PENSEES A VOUS TOUTES ET VOUS TOUS

Martial pour ECOLES DE LA TERRE

Aucun commentaire: