Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !

Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !
AIDE ALIMENTAIRE ORGANISÉE PAR ECOLES DE LA TERRE POUR LES FAMILLES DANS LE BESOIN, ÎLES DES SUNDARBANS, OUEST BENGALE, INDIA, JUIN 2020

jeudi 3 décembre 2009

VISITE DE DILCHAU KALA

Bonjour a Toutes et Tous,



Je suis, avec Pinky (en photo ci-dessous) et Rene, dans notre nouvelle ecole de Delhi, du nom de MUSKAN, le nom d'une petite fille de ce bidonville, morte brulee vive par une grosse casserole d'eau bouillante, au printemps 2008 et que je n'ai pas reussi a sauver. MUSKAN signifie "SOURIRE" et sa Maman nous a autorise a choisir son nom pour cette nouvelle ecole qui accueille aujourd'hui plus de 100 eleves. Tous habitent le bidonville situe tout pres.



Le batiment est vraiment des plus rudimentaires, faute de place et d'autorisation de construire. Aucun voisin n'a en effet accepte de nous mettre a disposition, moyennant un loyer a payer, des pieces construites en "dur", pourtant inoccupees. Je me dois de vous dire qu'il nous faut toujours un certain temps, quelque chose comme une annee scolaire, afin de nous organiser au mieux et de trouver des solutions acceptables pour la gestion correcte d'une nouvelle ecole; et a fortiori, une ecole de bidonville tres misereux.



Cette situation s'explique surtout par le fait que la population de ce bisonville vit dans ces lieux de maniere tout a fait irreguliere. Il y a de cela environ 25 annees, un groupe de musulmans indiens du Rajasthan, auparavant chasses du Pakistan, s'est exile dans la region de Delhi dans l'espoir de trouver une terre d'accueil. Mais jusqu'a ce jour, il n'a trouve aucune solution lui permettant de s'installer sur une "terre a vivre" de facon permanente. Transferes de place en place, au gre du bon pouvoir et du bon vouloir de politiciens en quete de suffrages, ils esperent encore et toujours s'installer sur un espace permanent. C'est bien sur pour nous "Ecoles de la Terre" un sujet qui nous tient a coeur et que nous avons commence a traiter, avec nos moyens et notre pouvoir... affaire a suivre ... !



Mais la, dans ce bidonville, un evenement important est venu, hier, m'interroger de plein fouet. Durant la visite de l'ecole, une maman est venue me prendre par le bras et m'a emmene dans sa hutte familiale afin de me presenter SAHIDA, sa fille de 11 ans, handicapee, eleve de notre ecole. Shahida est paralysee des deux jambes et, pour tout arranger, sa chaise roulante, trop vieille et abimee, est devenue inutilisable. Mais surtout, une vilaine plaie a son pied droit s'est infectee; malgre son insensibilite des jambes, j'ai observe qu'elle souffrait atrocement; je n'ai meme pas pu lui enlever son bandage de fortune. Alors, aujourd'hui j'ai cherche a New Delhi, avec l'aide de la mission de "Ramakrishna" ainsi que de Rene, un hopital qui puisse nous recevoir. Nous en avons trouve un qui nous recevra, avec Shahida, demain matin vendredi 4 decembre. J'ai vraiment hate d'y etre, car la je crains une vilaine infection. Hier, les yeux de Shahida m'ont davantage qu'interpeller; ils m'ont donne la force de trouver, O je l'espere, la bonne solution. Je sais bien qu'il ne sera pas facile d'y arriver; mais bref, nous remettrons l'ouvrage sur le metier.



C'est souvent comme cela dans ces lieux "difficiles" ! Un cas douloureux vient nous reveiller, comme un symbole de la souffrance qui, a voix basse, nous appelle a vivre un peu d'amour et de compassion. Et ce symbole devient vite une realite lorsque l'enfant parait et nous appelle ! Rien a voir avec les minarets, les clochers ou quelque autre objet de culte !



C'est promis, je vous donnerai des nouvelles de Shahida; et bien sur je vous en dirai bien davantage sur tout ce qu'il nous reste a faire a l'ecole du bidonville de Dilchau Kala, puisque tel est son vrai nom !



A toutes et tous qui avez lu ce message, je vous embrasse au coeur ! Avec mon cordial message et mes pensees pleines d'amitie.

Martial Salamolard pour ECOLES DE LA TERRE

Aucun commentaire: