Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !

Ecoles de la Terre un jour - Ecoles de la Terre toujours !
AIDE ALIMENTAIRE ORGANISÉE PAR ECOLES DE LA TERRE POUR LES FAMILLES DANS LE BESOIN, ÎLES DES SUNDARBANS, OUEST BENGALE, INDIA, JUIN 2020

mardi 22 mars 2011

JE VOUS PRESENTE LA NOUVELLE ECOLE DE BAHERADI, AU BIHAR



CHERES AMIES, CHERS AMIS,



Au courant de l’hiver 2009-10, nous avions promis d’offrir un toit aux enfants de Baheradi, de Kusha, de Bara, d’Haridaspur et quelques autres petits bleds alentours. Cela se passe toujours dans le district de Gaya, ou je me trouverai jusqu’a ce jeudi 24 mars. Ce toit, c’etait pour l’hiver qui est maintenant derriere nous, ici au Bihar.



Nous pouvons vous dire que nous avons reussi a tenir notre promesse, et cela grace a la Fondation CUF (Community Upfliftng Foundation) qui, par l'intermediaire de Monsieur William Mellgren, nous a financer la constructon de l'ecole. Les enfants ont pu prendre place dans le nouveau batiment de Baheradi, au cours de decembre dernier. Cela ne pouvait pas si bien tomber ; aux dires de David Zeender, membre et volontaire d’Ecoles de la Terre, au Bihar depuis plusieurs mois, janvier 2011 fut particulierement froid.



Ici, l’hiver est certes tres court, 4 a 6 semaines, compare a notre saison froide europeenne ; mais le contraste avec la saison chaude est saisissant durant cette periode de frimats. Il n’est pas rare que le barometre se situe en dessous des 5 degres. Comme en decembre la temperature flirte avec les 30 degres et que fevrier nous en offre presque autant, je vous laisse imaginer l’abime.



Bref de trefle, la nouvelle ecole de Baheradi est maintenant sur pieds. Le terrain et le batiment appartiennent a Ecoles de la Terre. Vous parler de nouvelle ecole n’est en fait pas tout a fait exact. En realite, elle remplace celle de feu Nilamati, ouverte en 2005, que nous avons du deserte, faute de locaux que les responsables de Mokkari nous ont pries de quitter, apres avoir tente de nous raquetter.



Vous avez bien compris qu’il nous faut nous mefier des belles promesses de certains (pseudo) notables qui veulent parfois nous mettre a disposition les locaux d’une ecole. L’essentiel est de ne pas transiger, de ne penser qu’au bien des enfants, et de changer de lieu si nécessaire ; ce que nous avons fait, avec succes.



Lors de ma derniere visite la-bas a Baheradi, i y a de cela quelques jours, pardonnez-moi de parler a la premiere personne, j’ai pu ressentir tout le bonheur des enfants ; mais encore toute la satisfaction de notre abnegation. L’école est magnifique. Elle accueille aujourd’hui 210 enfants vivant dans ces villages tres pauvres ; et d’autres suivront, c’est certain. La plupart d’entre eux sont des « dalits », des hors castes, selon l’appellation confirmee par la sociologie de la distribution des classes de personnes en Inde. Cette honteuse distribution des classes d’etres humains existe encore bel et bien ; et dans le fond (du fond), je tiens à le préciser, pas seulement en Inde ! Pour des informations de base, vous pouvez toujours consulter le site : http://fr.wikipedia.org/wiki/Intouchable_(dalit)



Que du bonheur, tout simplement ! Un tel bonheur qui m’amene a me demander si l’auteur de ces lignes n’est pas en fait, lui aussi, un « dalit » ! Je n’en sais trop, mais en tous les cas, au vu et au su de ce que je vis, ce n’est pas l’envie d’etre un « dalhit » qui me manque !



Avec mon affection hors norme, chaleureusement,



Martial Salamolard pour ECOLES DE LA TERRE

Aucun commentaire: